Le GuestToGuest des étudiants porte désormais un nom. Basé sur le même modèle d’échange non réciproque de logements, StudyEnjoy - plateforme communautaire pour les étudiants – a été créée en avril sous l’impulsion de cinq amis de Nantes.

Un long départ en Erasmus se profile à Barcelone, un séjour linguistique de quelques semaines à San-Francisco, ou un concours à Bordeaux? StudyEnjoy ambitionne d’offrir un toit gratuit aux étudiants mais pas que. Tous ceux justifiant leur identité et leur adresse sont autorisés à s’inscrire sur la plateforme.

Mettre à disposition sa chambre

«Au début, on pensait à un système d’échange de logement entre deux étudiants mais on a vite réalisé que ça allait être compliqué à appliquer. Cela aurait pu être désavantageux pour certains jeunes, qui auraient pu se retrouver en campagne, loin de l’université», explique Frédéric Gibert, l’un des fondateurs.

Pour s’inscrire, rien de plus facile: il suffit de poster une annonce en mettant à disposition une chambre vacante avec des photos. Un étudiant chinois pourra atterrir dans le foyer de Parisiens, pendant que l’enfant de ces derniers profitera de la colocation d’un jeune Espagnol. Mais pour que l'échange de chambre soit envisageable, il faut que la durée de celui-ci soit la même pour les deux étudiants.

En raccord avec les valeurs de partage, le jeune co-fondateur continue: «Le site vise à briser les frontières en offrant aux étudiants du monde entier une chambre sans casser leur tirelire». StudyEnjoy repose sur la sécurité, la confiance et l’entraide, évacuant toute transaction financière entre les membres de la communauté. L’étudiant qui s’installe ne paie pas de loyer, seulement 0,79€ par jour, somme qui représente les frais d’administration du site. Alors qu’en moyenne, un étudiant français consacre 55% de son budget au logement, selon une enquête réalisée par le syndicat étudiant Unef, l’équipe fondatrice du site veut favoriser, dans ce sillage, l’accès à l’éducation et la réussite des études.

S'imposer dans le paysage des plateformes collaboratives

Depuis sa création, StudyEnjoy a permis l’échange non-réciproque de cinq chambres en France. «Nous ne sommes pas naïfs», affirme Frédéric Gibert, estimant qu’il faudra patienter un an avant de gagner en notoriété. La solution, pour lui, se trouve dans «le bouche-à-oreille qui marche bien».

Franck Pindeler, qui a entendu parler de cette plateforme de mise en relation des étudiants et de leurs familles, vient de s’inscrire car son fils partira peut-être à Paris faire ses études. «En plus d’économiser le prix du loyer, cela simplifie les démarches de recherche de logement et c’est sécurisant de savoir que mon fils sera au sein d’un famille», explique le père de famille de 53 ans.

StudyEnjoy fédère actuellement 460 StudyEnjoyeurs et met à disposition 70 chambres dans une vingtaine de pays. Les fondateurs de la plateforme communautaire espèrent atteindre très prochainement 15.000 annonces pour répondre à la demande de logements de la rentrée de septembre.

>>> Retrouvez l'ensemble de nos articles sur l'économie collaborative