C’est l’une des sensations rap du moment. Niska a décroché il y a peu son troisième disque de platine pour Commando, son deuxième album. Pour expliquer les raisons du succès de l’artiste essonnien, les pistes sont nombreuses: une énergie hors norme, des tubes entêtants et un véritable sens de la formule.

Et pour comprendre ses textes, en revanche, il n’y a qu’un chemin, que les amateurs de rap empruntent depuis sept ans désormais: Genius (anciennement Rap Genius). La plateforme participative, consacrée à l’explication de textes musicaux, s’adresse à tous les curieux intrigués par les paroles de leurs morceaux préférés, ainsi qu’à ceux qui se font le loisir de les expliquer.

Les artistes s’y collent aussi

Si vous ne connaissez pas le site, une visite rapide suffira à en découvrir le fonctionnement. Genius invite aussi ponctuellement des interprètes à réaliser l’exégèse de leurs propres morceaux à travers des comptes certifiés, caractérisés par un cercle vert. C’est notamment le cas de Sianna, 22 ans. «J’ai participé à une interview avec Genius pour la promotion de mon premier projet, il y a deux ans. Leur équipe s’était déplacée et nous avions fait quelques vidéos pour expliquer deux ou trois textes», explique la jeune femme qui a publié en mars 2017 Diamant Noir, son premier album.

A cette occasion, «on m’avait appris comment annoter», poursuit la rappeuse qui confie apprécier la démarche sans toutefois être coutumière de la pratique. «C’est clairement une forme de collaboration entre l’artiste et le public. Parfois, l’explication donnée correspond exactement à ce que j’ai pensé en écrivant le texte. Il arrive aussi que la personne pousse l’interprétation encore plus loin et je me rends compte qu’il y avait un troisième sens à ma phrase! Dans certains cas, ils écrivent aussi n’importe quoi!»

Une communauté active

Même son de cloche pour le groupe de rap Fixpen Sill. «Lors de la sortie de Edelweiss, le premier album du groupe, nous avions rencontré Genius et le groupe avait lui-même annoté plusieurs textes», souligne Aurélien Le Moine, leur manager. «L’intérêt était d’être un peu plus proche du public, car beaucoup d’auditeurs de rap utilisent ce site pour analyser ou commenter les lyrics de leur artiste préféré».

C’est notamment le cas de Julien Paparonne, 26 ans et membre actif de la communauté Genius. «C’est collaboratif. On échange beaucoup entre contributeurs», confirme le jeune homme. «Dès la publication d’un disque, une équipe se forme et bosse sur les paroles. Il y a différentes classes d’éditeurs. Moi je suis "scribe". Notre mission est de retranscrire un maximum de textes. D’autres sont spécialisés dans l’analyse des figures de style, sur les mots que l’on entend mal…»

Vers de nouveaux genres musicaux

Loin d’être figée, la plateforme a évolué depuis ses débuts français, en 2010. «Le site est en constante évolution dans le temps. De nouvelles options s’ajoutent chaque mois», assure Guillaume Simonin, à la tête de Genius France. «L’une des dernières en date intègre l’ajout des crédits complets des morceaux. Vous pouvez désormais trouver le nom de l’ingénieur du son qui a mixé la musique, le nom des producteurs, la date de sortie du son…» Autrefois uniquement cantonné à l’explication de textes musicaux, le site, depuis 2014, s’attelle également à retranscrire et analyser des écrits religieux ou encore administratifs, dans le but d’étendre son domaine d’expertise.

>>> Retrouvez tous les articles de 20 Minutes sur l’économie collaborative

Genius aspire également à développer son offre d’analyse de textes d’artistes de genres autre que le rap, style surreprésenté sur le site. «Le rap a probablement plus de codes et de références que les autres styles de musique, ce qui peut expliquer cette disparité dans les comptes vérifiés, avance Guillaume Simonin. Nous en avons tout de même pour des artistes "pop" comme Christine and The Queens, qui possède des textes avec plusieurs angles de compréhension. C’est un axe que nous comptons développer à l’avenir.»