A l’heure où vous pouvez faire payer votre chambre, votre trajet en voiture ou vos bons petits plats, tout un secteur de l’économie collaborative reste en retrait de la marchandisation des ressources. Il s’agit du troc, une forme de don et de contre-don qui n’implique pas d’échange d’argent. Plusieurs sites et applications tentent de capter ceux qui en ont marre de tout monnayer.

Swopr, le Tinder des objets

Tout comme la célèbre application de rencontres qui fonctionne via un système de photos de profil qu’on «like» ou qu’on passe, Swopr propose de prendre en photo un objet que l’on veut échanger, et de lui donner un prix. Une fois cette étape franchie, l’utilisateur voit apparaître un à un les objets de même valeur mis en ligne. Pour procéder au troc, il faut un «like» réciproque entre deux propriétaires d’objets. Swopr devrait être disponible sur iOS et Android mi-novembre. Une autre application, Swouitch, fonctionne également sur le même principe (disponible sur iOS pour le moment).

GuesttoGuest, le troc des vacances

Fondée en 2011, la société revendique aujourd’hui 160.000 maisons ou appartements à échanger dans 187 pays. D’après Emmanuel Arnaud, le fondateur de Guesttoguest, «environ 20% des trocs de maison se font de manière totalement gratuite sur le site». Pour les autres, l’entreprise propose un service de caution et plus récemment d’assurance pour sécuriser la transaction, qui revient en moyenne à 50€ pour un séjour d’une semaine. 

Payez en monnaie d’écureuil avec Mytroc

Le site lancé il y a quelques jours veut répondre à une problématique bien connue du troc: la difficulté à trouver un objet ou un service qui nous plaise pour réaliser l’échange. Par exemple, troquer un cours de piano contre un cours de sport nécessite de rencontrer un musicien qui soit intéressé pour faire un footing. Avec Mytroc, celui qui rend service ou qui donne un objet reçoit des noisettes virtuelles. Il peut ensuite utiliser ce crédit pour acquérir un objet ou service venant d’une autre personne.

Trocalimentaire mélange les choux et les carottes

Olives, conserves, poissons, viandes…le site permet d’échanger de la nourriture entre particuliers d’un même département. Si les offres varient énormément d’un endroit à un autre (aucune offre en Seine-Saint-Denis par exemple), l’idée est une alternative aux modes de consommation classiques.

Animal Futé, pour se séparer de son animal…et le retrouver après

Pas question d’abandonner son chat au bord de la route, au contraire. Animal Futé propose de mettre en relation les propriétaires d’animaux pour troquer des jours de garde pendant les vacances ou les week-ends, et pouvoir ainsi partir sans son animal de compagnie. Le site demande un abonnement de 30€ par an (pour les chiens ou les chats) pour accéder aux offres, mais les échanges entre propriétaires sont totalement gratuits. Une bonne alternative à la garde classique d’animaux ou aux chenils, des services nettement plus onéreux. Animal Futé revendique 1.600 membres actifs.

>>> Retrouvez l'ensemble de nos articles sur l'économie collaborative