PROVINCE – Les collectifs Disco Soupe et OuiShare ont tenté de sensibiliser au gaspillage sur les marchés lyonnais, récupérant fruits et légumes prêts à partir à la benne…

Logo 20Minutes StopGaspiMercredi midi, quai Saint-Antoine, en bord de Saône à Lyon. En face des Hospices Civils, une dizaine de personnes terminent leur session de «récup», alors que les derniers commerçants plient leurs stands et que les éboueurs débarrassent les caisses… Ils sont de plus en plus nombreux à se fournir parmi les fruits et légumes plus ou moins abîmés laissés là par les maraîchers.

Salades, champignons, pommes et fraises, et même des panais, genre de carottes anciennes, très sucrés, excellents à croquer cru. « L’été, les quantités sont plus importantes, on partage parfois des palettes entières », note Aurore Naudin. Engagée dans différents collectifs citoyens liés au développement durable, dont OuiShare, réseau international d’économie collaborative (colocation, covoiturage…) et Disco Soupe, association de sensibilisation aux gaspillages alimentaires, elle est à l’initiative de cette opération, à l’occasion de la journée nationale contre le gaspillage alimentaire.

Repenser son alimentation

Il y a là Adrien, juriste spécialisé dans l’environnement, militant écologiste, Fabrice, peintre et ancien de sciences-po, qui se nourrit quasi exclusivement de cette manière «depuis six ans», ou encore Pierre, un ingénieur qui a décidé de dire stop au gaspillage. Tous voient là une manière «d’inventer de nouvelles formes d’engagement, de s’interroger sur les modes de production de notre alimentation qui favorise la malbouffe, et de remettre en cause le tout consumériste, qui fait que les magasins, engagés dans la course au frais, préfèrent approvisionner et réapprovisionner plutôt que de risquer la juste quantité. Bref, montrer qu’une autre voie est possible».

L’après-midi, une quarantaine de personnes se retrouvaient autour d’un repas issu de cette collecte, et de la projection du film Global Gâchis. Autres objectifs, poursuit Aurore Naudin, «déconstruire le comportement du consommateur, influencé par les normes de calibrage, et appeler à de nouvelles formes de production, comme les jardins partagés».

Jawad Bilal