Le centre commercial a enregistré 2,5 millions de visiteurs.
Le centre commercial a enregistré 2,5 millions de visiteurs.

Caroline Girardon

Seule dans sa boutique, Victoria guette le client. Les heures s'égrainent et peu d'entre eux poussent la porte de ce magasin de prêt-à-porter haut de gamme, au cœur du centre commercial de Confluence. « Depuis deux mois, c'est dur. En s'installant ici, on misait sur un chiffre de 2000 à 2 500 € par jour. On dépasse parfois à peine les 50 €. » La période des soldes, propices aux bonnes affaires, ne lui redonne même pas le sourire : « On paie 550 € de loyer par jour. On ne rentre clairement pas dans nos frais, on perd même de l'argent. » Une fois passée l'euphorie des premières semaines d'ouverture, bon nombre d'enseignes ont vu leur clientèle chuter de façon vertigineuse. « On a cartonné au tout début mais là, on n'atteint pas les objectifs qu'on nous a fixés », raconte Laurène, une jeune vendeuse. « Les gens viennent une fois par curiosité, mais ne reviennent pas, poursuit Philippe, gérant d'un restaurant. On est 40 % en dessous de nos objectifs. »

Un quartier mal desservi
Pour les commerçants concernés, les raisons sont multiples. Et le premier coupable désigné se trouve être la desserte du quartier. « Ce n'est pas pratique d'accès, les gens du centre-ville ne font pas l'effort de venir jusqu'ici », avance Romuald. « Ils galèrent pour venir en voiture. Et le parking est cher (1,60 €/h). Même trois heures gratuites offertes dans certaines boutiques ne suffisent pas », complète Laurène. « Le gros point noir, c'est effectivement le stationnement, enchaîne Marie, gérante d'une boutique de vêtements, pourtant satisfaite des débuts. Le parking est très mal fait. Et il n'y a pas assez de places. » « Le soir, il n'y a jamais personne, déplore Philippe. Quand il faut attendre 20 minutes pour prendre le tramway, les gens se découragent. L'erreur est de ne pas avoir prolongé le métro jusqu'ici. » « Les boutiques ne sont pas assez diversifiées, regrette une autre commerçante. Il n'y a pratiquement rien pour les ados ». La direction du centre, que nous n'avons pas pu joindre, a indiqué il y a quelques jours que « le bilan était satisfaisant » avec 2.5 millions de visiteurs en trois mois.