Philippe Verney, parent d'élève.
Philippe Verney, parent d'élève. - C. VILLEMAIN / 20 minutes

C'est ce qui s'appelle se retrouver le bec dans l'eau. Une dizaine de familles, dont les enfants étaient scolarisés cette année au collège privé de l'Assomption Bellevue à La Mulatière, se retrouvent presque sans solution pour la rentrée prochaine. « On a voulu inscrire nos enfants dans un lycée public mais nos choix ont été refusés. Et lorsqu'on s'est retournés vers le lycée Bellevue, nous n'étions plus prioritaires », explique Philippe Verney. « On nous a répondu que pour intégrer le public, il fallait venir du public et que les résultats scolaires ne comptaient pas », ajoute Franck Bacot, perplexe. Le groupe de parents d'élève a été reçu à l'inspection académique la semaine dernière. Cinq d'entre eux devraient réintégrer le lycée Bellevue. Les huit autres connaîtront probablement ce vendredi le nom du futur établissement vers lequel ils seront redirigés. « On a l'obligation de proposer des affectations à ces élèves même si elles ne correspondent pas aux choix premiers des familles. Personne ne sera sans solution », répond l'inspection académique.C.G