Les autos en libre-service calent déjà

2 contributions
Publié le 12 juin 2012.

Transport Le service de location à la minute car2go est stoppé en raison d'un conflit juridique

En lançant car2go en grande pompe le 1er février dans les salons de l'hôtel de ville, le Grand Lyon n'imaginait sans doute pas une telle sortie de route. Quatre mois après leur lancement, les 200 Smart en libre-service ont été retirées des rues de Lyon ce week-end par car2go, société détenue par le constructeur Daimler et le loueur Europcar. Une interruption d'une durée indéfinie, motivée par la récente condamnation de car2go, sommée par la justice de changer de nom. Dans un récent jugement, le tribunal de grande instance de Paris a en effet tranché en faveur du loueur de voitures Car'Go, qui avait assigné car2go pour plagiat et concurrence déloyale.

2 500 abonnés remboursés
« Dès lors, soit la société décidait de changer le nom de sa marque, soit elle poursuivait le combat judiciaire », explique Gilles Vesco, vice-président du Grand Lyon en charge de la mobilité. Au grand dam de la collectivité, qui indique ne pas avoir été consultée, l'entreprise a préféré se battre « pour pouvoir recouvrer le droit d'utilisation de sa marque », précise un porte-parole de car2go. Quitte à devoir interrompre le service de location à la minute déployé à Lyon, sous peine de se voir infliger 1 500 € d'astreinte par jour de retard. « J'espère maintenant que cette interruption sera la plus courte possible », ajoute Gilles Vesco qui n'imagine pas car2go – disponible dans onze villes d'Europe, des Etats-Unis et du Canada – se priver du marché français. « Ils nous ont fauchés en plein vol. Ils ont créé un besoin, le service marchait. Les gens sont déçus. » Depuis leur lancement, les Smart bleues et blanches ont séduit 2 500 clients, dont l'abonnement doit être remboursé. Une montée en puissance progressive (100 nouveaux abonnés en moyenne par semaine) conforme aux ambitions de l'entreprise qui visait la rentabilité d'ici à trois ans et envisageait en cas de succès d'augmenter la flotte de voitures. Mais ces objectifs pourraient être revus à la baisse si la bataille judiciaire venait à s'éterniser.

Élisa Frisullo
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr