Roland-Garros 2013: Simon-Federer (1-6, 6-4, 6-2, 2-6, 3-6) à revivre en live comme-à-la-maison

1 contribution
Publié le 8 juin 2012.

juifs agressés Cinq jeunes sont en garde à vue dans cette affaire

«J'espère maintenant qu'ils seront traduits devant la justice et puni avec sévérité pour que cessent ces actes ignobles et barbares. » C'est en ces termes que le président du Crif Rhône-Alpes Marcel Amsellem a réagi jeudi soir au placement en garde à vue de cinq jeunes hommes, dont l'auteur principal présumé de l'agression à caractère antisémite survenue samedi soir à Villeurbanne. Un passage à tabac lors duquel trois juifs portant la kippa avaient été blessés à coups de marteau et barres de fer.

Sept ans de prison encourus
Mercredi, soit quatre jours après ces faits condamnés par toute la classe politique et les autorités religieuses, deux hommes de 19 et 22 ans habitant le même quartier que les victimes s'étaient livrés en début d'après-midi. Ils doivent être déférés au parquet ce vendredi, selon le procureur de la république de Lyon Marc Cimamonti. Un troisième jeune s'était présenté mercredi dans la soirée et un quatrième avait été interpellé jeudi matin. Activement recherché, l'agresseur principal présumé, âgé d'une vingtaine d'années, s'est rendu à son tour jeudi vers 16 h 30. Cet homme est « celui qui a pu porter le coup de marteau et serait à l'origine de l'agression », avait indiqué mercredi le procureur, convaincu que « ces violences ont été commises parce que les victimes sont de confession juive ». Si sur les cinq gardés à vue, tous n'étaient pas armés au moment des faits, ceux qui ont frappé en revanche encourent sept ans d'emprisonnement pour « violences aggravée » par trois facteurs : l'agression commise en réunion, l'appartenance religieuse des victimes et l'utilisation d'armes par destination. Samedi, vers 18 h 30, les trois jeunes juifs de 18, 23 et 24 ans se rendaient à un office religieux à l'école Beth Menhamen lorsqu'ils avaient été insultés puis frappés par une trois jeunes, puis une dizaine. S'en était alors suivi « un déchaînement de violence », selon Marc Cimamonti.

Elisa Frisullo
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr