De l'art contre l'exclusion

0 contributions
Publié le 30 mai 2012.

Social Depuis mardi, artistes, public et sans-abri sont réunis pour créer

Ils se sont réunis et relayés mardi dans le jardin du Clos-Carret à la Croix-Rousse pour réaliser des œuvres collectives. Les groupes qui se sont constitués naturellement sont composés d'artistes, de passants, de bénévoles venus participer à ce « workshop » organisé par le Foyer Notre-Dame-des-Sans-Abri (FNDSA), et de SDF que chacun ici préfère appeler « des passagers ». Tous se mélangent, chacun apportant sa touche à la toile, sans qu'il soit possible, avant d'avoir échangé avec eux, de savoir qui vit dans la rue et qui y a échappé.

« Sortir du misérabilisme »
« L'objectif, c'est justement ça. Faire tomber les cloisons et éviter de mettre des gens dans des cases comme on aime le faire dans notre société. Ici, chacun vient, sans étiquette et entre dans l'histoire en crachant sur la toile ce qu'il a à dire », explique Guy, membre du collectif d'artistes Singul'Art. Martine, chargée de la vie sociale et de la citoyenneté au FNDSA, acquiesce. « Nous voulions sortir du misérabilisme pour donner une autre image aux sans-abri et leur permettre d'être reconnus comme des hommes à part entière. » Parmi les passagers, certains comme Constantin ou Pierre, hébergés au foyer La Chardonnière à Francheville, se laissent facilement happer par la toile. « Je dessine tous les jours. En Roumanie, mon pays d'origine, je ne peignais jamais. Mais en France, je suis inspiré », explique Constantin, qui aime dessiner des paysages et écrire des poèmes pour laisser libre court à ses émotions. « Les sans-abri ont souvent du mal à s'exprimer. Ils n'aiment pas raconter leur vie. Peindre ou faire du sport peut être un vrai moyen d'expression », explique Charles, bénévole à La Chardonnière. Il y a rencontré Thierry, 45 ans, qui a passé plusieurs mois dans la rue avant d'arriver au foyer et d'être relogé dans un appartement thérapeutique. « Avant, je peignais. Mais plus aujourd'hui », confie cet homme venu au Clos-Carret pour « rencontrer des gens », plus que pour apporter sa touche aux peintures. Des œuvres qui seront exposées du 30 mai au 11 juin à la mairie du 4e.

Elisa Frisullo
d'autres rendez-vous ce mercredi

Le « workshop » se poursuit ce mercredi de 10 h à 18 h place de la Croix-Rousse. Chaque passant sera invité à participer à la réalisation d'autres créations, qui seront ensuite exposées toute l'année à l'Hôtel de ville de Lyon, à l'Alliance française et dans des foyers d'accueil de sans-abri.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr