la passerelle saint-Clair sort de l'eau

urbanisme La construction de cet ouvrage pour cyclistes et piétons débute en février

élisa Frisullo

— 

Cette passerelle modes doux de 220 m de long sera constituée d'acier pour moitié et de bois.

Cette passerelle modes doux de 220 m de long sera constituée d'acier pour moitié et de bois. — DIETMAR FEICHTINGER ARCHITECTES

Le serpent de mer de Caluire sort enfin de terre. Après des années d'attente et de nombreux remous, la construction de la passerelle Saint-Clair doit finalement débuter en février. Avec plusieurs mois de retard sur le calendrier initial. Imaginée dès la fin des années 1990 puis lancée en 2004, la réalisation de cette passerelle piétonne et cycliste entre le quartier Saint-Clair et la Cité internationale, a enchaîné les difficultés. En 2008, le marché de maîtrise d'œuvre avait dû être annulé suite à un différend juridique avant d'être finalement confié à l'architecte allemand Dietmar Feichtinger et aux ingénieurs Schlaich Bergermann. Puis le projet a de nouveau été retardé en 2011 lors de la consultation des entreprises censées construire sur le Rhône cet ouvrage au garde-corps en acier et sol en bois.

Des cyclistes insatisfaits
« Nous avons alors constaté un écart important entre le coût estimé de la passerelle et les offres que nous avions reçu, lié notamment à l'évolution du prix de l'acier. Nous avons donc demandé aux candidats de réduire les coûts », explique le vice-président du Grand Lyon Gilles Buna (EELV), en charge de l'urbanisme. Sans nouvel obstacle, la passerelle pourrait donc être inaugurée mi-2013 pour un coût proche des 15,7 millions d'euros contre les 7,6 millions annoncés au départ. Un projet qui ne contente pas totalement les cyclistes. « Nous n'avons rien contre cette passerelle qui va permettre de relier Caluire au 6e, explique Steve de l'association lyonnaise La ville à Vélo. Nous regrettons seulement que le Grand Lyon ait privilégié cet aménagement coûteux sans régler le problème qui se pose sur ce secteur ». Depuis des années, les associations réclament un aménagement cyclable sur le pont Poincaré, situé en amont du futur ouvrage. « C'est l'axe naturel utilisé par de nombreux cyclistes entre Villeurbanne, Caluire et Rillieux. Rien n'est prévu alors que la création d'une passerelle sur la pile de pont aurait coûté nettement moins cher », ajoute l'association.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.