L'hôpital, bâti en 1933 par Tony-Garnier, est gagné par la vétusté.
L'hôpital, bâti en 1933 par Tony-Garnier, est gagné par la vétusté.

Elisa Frisullo

Le Grand Lyon et la Ville de Lyon pourraient bien mettre la main à la poche pour rendre à l'hôpital Edouard-Herriot « son lustre et sa visibilité ». C'est ce qu'a annoncé hier le maire PS de Lyon Gérard Collomb, en dévoilant un tout nouveau projet de rénovation pour cet hôpital gagné par la vétusté depuis sa construction en 1933.

Le quatrième projet en 20 ans
En 2000, un vaste plan de modernisation à plus de 500 millions d'euros avait été lancé puis abandonné en 2007 en raison de l'important déficit des Hospices civils de Lyon (45 millions en 2011).
En septembre dernier, les HCL avaient alors présenté les grandes lignes d'un énième projet (80 millions d'euros) moins ambitieux, écarté peu après par le conseil de surveillance des HCL. Du « rafistolage » de l'avis de Gérard Collomb, qui a donc planché avec la commission médicale des HCL et d'Edouard-Herriot sur un programme de modernisation « plus cohérent » à 270 millions d'euros. Les HCL seraient en mesure de le financer à hauteur de 60 millions d'euros. « Le Grand Lyon et la Ville participeraient à hauteur de 40 millions d'euros. Et l'Etat s'est engagé à mettre 20 millions dans le cadre du plan hôpital 2012 », a précisé le maire.
Les activités, réparties aujourd'hui sur 12 pavillons, seraient recentrées sur cinq bâtiments, dont deux réservés aux consultations à l'entrée de l'hôpital. Les gros travaux pourraient débuter en 2013 pour permettre un an plus tard le regroupement de toutes les urgences dans l'actuel pavillon N. Un nouveau bâtiment central de 15 000 m2, regroupant blocs opératoires et services de radiologie et jugé prioritaire par les médecins, pourrait être livré en 2017.
Une deuxième tranche de travaux serait ensuite nécessaire pour construire d'ici à 2025 un nouveau pavillon de consultations de 500 lits (850 aujourd'hui). Ce projet doit être présenté au conseil de surveillance des HCL le 14 décembre prochain.