« Lyon Poche » cesse sa parution

Média L'hebdo culturel en liquidation judiciaire

Frédéric Crouzet

— 

L'hebdomadaire lancé en 1971 vient de publier son 2052e et dernier numéro.

L'hebdomadaire lancé en 1971 vient de publier son 2052e et dernier numéro. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

«Lyon Poche » ne fêtera pas ses 40 ans. La société éditrice de l'hebdomadaire culturel, lancé en octobre 1971, a été mise en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Lyon le 30 juin, date de parution de son 2 052e et dernier numéro « spécial été ». Le titre, vendu 1 € chaque mercredi en kiosque, avait été placé en redressement le 10 août dernier après une situation de cessation de paiement. « On nous a annoncé que c'était fini. Les espaces publicitaires avaient du mal à se vendre. Depuis plusieurs années, la situation était difficile, c'est une fin triste », raconte un des huit ex-employés de l'hebdomadaire.

« C'était le journal de référence »
« Lyon Poche n'existe plus. Crève-cœur, tristesse immense, gâchis… sont les mots qui nous viennent… », écrit le critique rock Stevie Dixon, chroniqueur depuis 34 ans chez Lyon Poche, sur son blog. « C'était une institution. Tous ceux qui voulaient sortir, aller au cinéma, au restaurant, connaître le dernier endroit à la mode devaient l'acheter. C'était le journal de référence, comme Pariscope ou L'Officiel des spectacles à Paris. Mais aujourd'hui toutes ces infos sont gratuites et disponibles sur internet », explique Serge Tonioni, délégué général du Club de la Presse. Le PDG de l'hebdo, Patrick Deschamps, propriétaire du titre depuis 1987, était injoignable hier pour réagir à cette liquidation. En 2002, lors de son introduction en bourse, Lyon Poche revendiquait une diffusion de 17 000 exemplaires par semaine, 83 000 lecteurs et un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros. Le groupe de presse avait lancé en 1997 l'hebdo d'actualités Metro-Lyon, transformé durant quelques mois en quotidien dès 2002. Selon les derniers résultats disponibles, le chiffre d'affaires avait chuté à 1,6 million en 2008.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.