Lyon: Inquiétude sur l'avenir de la Halle de la Martinière

ECONOMIE Les deux derniers commerçants de la Halle du 1er doivent quitter les lieux d'ici à un an...

carole bianchi

— 

La Halle de la Martinière, bâtie en 1838, a été le premier marché couvert de Lyon.

La Halle de la Martinière, bâtie en 1838, a été le premier marché couvert de Lyon. — E. FOUDROT / 20 MINUTES

Qui va reprendre la gestion de la Halle de la Martinière (1er)? La ville de Lyon a confirmé vouloir lancer fin avril un appel à projet afin de trouver un opérateur capable de redynamiser ce lieu emblématique de la gastronomie lyonnaise dès 2012.

Et surtout de financer sa remise aux normes, estimée à 1 million d'euros. Car la mairie estime avoir suffisamment fait l'an passé pour la Halle.

Des chaînes intéressées

Selon la ville, le cahier des charges n'est pas encore rédigé. Mais déjà, les deux derniers commerçants de la Halle et de nombreux riverains du bas des pentes sont inquiets pour l'avenir de ce qui fût le premier marché couvert de Lyon. Les chaînes Casino, Cerise et Potiron et Grand Frais seraient intéressées par le projet. Des privés jusqu'alors toujours repoussés par la mairie du 1er arrondissement.

«Avec ces conditions financières, le commerce de proximité peut difficilement candidater, souligne Lionel Fourcade, gérant de l'épicerie Comptoir des Gaules à la Halle. Fin février, il a par ailleurs reçu avec le maraîcher un courrier de la ville leur demandant de quitter les lieux d'ici à un an. «Pourquoi ce choix-là? s'interroge le commerçant. C'est 170 ans d'histoire de la gastronomie lyonnaise qui partiraient en fumée».

Reprendre les commerçants existants

La société de conseil lyonnaise Good and Food Ideas, spécialisée dans l'alimentaire serait également sur les rangs, selon Marie-Odile Fondeur, adjointe en charge du Commerce et à l'Artisanat à la ville de Lyon. L'entreprise avait organisé la semaine du Goût en octobre à la Halle.

«La condition de l'appel à projet sera de reprendre les commerçants existants et de conserver cette notion de commerces de proximité, notamment pour les personnes âgées», a-t-elle insisté. Lors d'un conseil de quartier, des riverains ont souhaité qu'une réunion publique soit organisée à ce sujet. «Pourquoi pas? a répondu l'adjointe. Mais tout se fera en concertation avec la mairie du 1er», a-t-elle voulu rassurer.

>> Lire l'actualité lyonnaise par ici

Mots-clés :