le relogement en france préféré à la roumanie

0 contributions
Publié le 26 octobre 2010.

Un projet de réinsertion sans participants. Début octobre, le conseil général du Rhône avait annoncé avoir mis sur pied un programme de réinsertion pour les familles roms du bidonville Paul-Bert dans les régions roumaines de Timis et d'Alba. L'objectif était de trouver des volontaires susceptibles de s'engager dès aujourd'hui à retourner dans leur pays pour y scolariser leurs enfants, travailler ou développer un projet micro-économique financé par l'Office français de l'immigration et de l'intégration. Mais pour le moment, l'expérimentation est au point mort. « C'est un projet réaliste, mais malheureusement, nous ne trouvons pas de familles, indique Gabriel Stanescu, consul général de Roumanie à Lyon. La plupart d'entre elles semblent trouver la situation meilleure ici qu'en Roumanie. »

Onze ménages mis à l'abri
Gabriel Stanescu affirme pourtant avoir discuté avec les ménages. « Ils n'ont pas confiance car leurs précédentes expériences semblent avoir échoué », constate-t-il. « Une action de ce type doit s'inscrire dans la durée et non dans la précipitation », relève Médecins du Monde. A l'inverse, les démarches entreprises sur Lyon par l'association Action pour l'insertion par le logement (Alpil) ont trouvé écho auprès des Roms. Onze ménages du bidonville ont été relogés de façon temporaire et dix-neuf sont en attente de réponse, dont quatre sont prioritaires et quinze en relation avec le 115. « Nous avons privilégié l'approche individuelle, assure André Gachet, responsable de l'Alpil. Mais cela reste insuffisant. »C. B.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr