Un producteur proteste contre le prix du lait dans un supermarché de Lomme (Nord).
Un producteur proteste contre le prix du lait dans un supermarché de Lomme (Nord).

A Lyon, C.B.

La Vache qui rit, le Caprice des dieux et le camembert Président exit des rayons? C’est en tout cas ce qu’ont demandé les producteurs de lait de la région Rhône-Alpes aux grandes surfaces, à l’appel des Fédérations départementales des syndicats d'exploitants agricoles et des Jeunes agriculteurs.

Ce boycott de «produits phares» visent à dénoncer l’attitude des trois industriels laitiers Lacatalis, Bongrain et Bel fabriquant ces fromages. «Ils refusent de revoir à la hausse le prix du lait, qui selon les marchés atteint 10%, sous prétexte de vouloir rester compétitifs avec l’Allemagne, indique à 20minutes.fr Jean Vial, président de la section laitière de la FDSEA du Rhône. Cela revient à dénoncer des accords interprofessionnels de 2009, ce qui est inadmissible.» Et pourtant, selon lui, la conjoncture se montre «plus favorable» que l’année précédente où le prix du lait avait baissé de 20% malgré les «efforts de maîtrise de la production».

Dépôts de plainte symboliques et bennes de fumier

Dès vendredi, les agriculteurs se rendront dans les plus grandes surfaces de la région par petits groupes pour voir si la grande distribution a joué le jeu. «Nous mettrons des affichettes pour expliquer aux consommateurs pourquoi ces produits sont repartis en chambre froide», précise Jean Vial.

D’autres régions mènent également des actions sur ce sujet. Mercredi, des producteurs de lait de la Sarthe et de Loire-Atlantique ont symboliquement «porté plainte» contre l'industrie laitière devant les tribunaux de commerce de Nantes et Meaux. Et d’autres ont déversé jeudi matin des bennes de fumier devant quatre usines de transformation du lait de Seine-Maritime appartenant à Senoble, Bongrain et Lactalis.