© 20 minutes

Même affaire, même peine. La cour d’appel de Lyon a confirmé, hier, la condamnation à 15 000 e d’amende de Jacques Cheminade, président du confidentiel mouvement Solidarité et Progrès, poursuivi pour diffamation après la diffusion d’un tract virulent contre le garde des Sceaux, Dominique Perben. Distribué en 2004 pendant la campagne des cantonales lyonnaises, auxquelles Dominique Perben était candidat, le document mettait en parallèle les photos d’une poignée de mains entre le ministre de la Justice et son homologue américain d’alors, John Ashcroft, et celle échangée entre Adolf Hitler et Philippe Pétain à Montoire.