Exclusif: le premier «hôpital prison» va enfin accueillir ses premiers patients

SANTE L'unité hospitalière spécialement aménagée pour des détenus à Bron, dans le Rhône, aurait dû être mise en service début avril...

A Lyon, Elisa Frisullo

— 

Après un mois et demi d’attente, le premier «hôpital prison» de France sera mis en service mardi sur le site du Vinatier, à Bron, près de Lyon. Entre trois et cinq détenus de la maison d’arrêt de Corbas devraient être transférés dans cette unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA), dont l’ouverture, prévue le 6 avril, a sans cesse été reportée.

«Le décret censé régir cette structure réservée aux détenus atteints de troubles psychiatriques, tardait à sortir, précise Emmanuel Chambaud, délégué du syndicat des personnels pénitentiaires Ufap/Unsa. Les ministères de la Justice, de la Santé, de l’Intérieur et le Conseil d’Etat, parties prenantes dans ce projet, ont eu du mal à s’accorder sur son fonctionnement».


Les soignants appelés à la grève


Si ces autorités semblent finalement avoir trouvé un terrain d’entente, des zones d’ombres subsistent. À tel point que les personnels soignants, en poste depuis le 29 mars, ont déposé un préavis de grève pour mardi.


Depuis un mois, les 36 infirmiers réclament, en vain, une revalorisation de leur prime de risque, fixée à 117 euros au lieu des 234 promis. Et refusent de se voir attribuer des tâches qui incombent normalement aux personnels pénitentiaires.


Ils ne veulent pas fouiller les détenus


«Nous refusons notamment d’avoir à fouiller les détenus. Ce sont nos patients, notre mission est de les soigner», précise Aurélie, infirmière et déléguée CGT.

À terme, 120 soignants et 47 surveillants de prison seront en charge de 60 patients répartis sur trois unités. Seule l’une d’elle, réservée aux détenus atteints de graves troubles psychiatriques, doit ouvrir mardi pour une montée en puissance de l’UHSA étalée sur plusieurs mois.


Huit autres UHSA d’ici à 2012


Cet hôpital sera accessible aux prisonniers psychotiques de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne et Franche-Comté, difficilement gérables en prison.

«Lorsqu’ils sont en crise, donc susceptibles d’être violents, leur place est dans un établissement spécialisé», note Emmanuel Chambaud. D’ici à 2012, huit autres UHSA doivent être construites en France.

INAUGURATION

L’unité lyonnaise doit, selon nos informations, être inaugurée vendredi après-midi en présence de la ministre de la justice Michèle Alliot-Marie, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot et Simone Veil. L’ancienne ministre de la Santé, à l’origine de la création des services médico-psychologiques régionaux dont dépend l’UHSA, devrait donner son nom au premier hôpital prison. Un temps annoncée, la venue du président de la République Nicolas Sarkozy, n’est semble-t-il plus d’actualité.