Élisa Frisullo

Hier matin, 85 % des cours ont été annulés à la Cité scolaire internationale (CSI). Les enseignants de ce prestigieux établissement de Gerland (7e) ont entamé une grève illimitée et se sont rassemblés devant le rectorat pour protester contre le retour de leur ancien proviseur. En septembre, après une rentrée chaotique et plusieurs dysfonctionnements au sein de l'établissement, il avait été suspendu quatre mois par l'Education nationale.

« Son remplaçant a remis l'établissement d'aplomb »
Mais cette décision a été annulée par la justice administrative, qui a rétabli le proviseur dans ses fonctions. « Il y a eu une décision de justice et nous la respectons. Mais le rectorat aurait dû trouver une solution pour éviter qu'à deux mois des examens, l'établissement et les élèves soient totalement déstabilisés », indique Pierre Dade-Brenjot, professeur de français. Un point de vue partagé par les parents et les élèves de la CSI. « Personne ne souhaite qu'il revienne », explique Zoé, 17 ans, présente hier devant le rectorat. « Il n'a jamais écouté personne, ni les enseignants ni les élèves, il prenait les décisions sans aucune concertation. Son remplaçant a réussi à remettre l'établissement d'aplomb. On souhaite que lui revienne », ajoute Rebecca, 16 ans. Une délégation d'enseignants a été reçue hier matin au rectorat, mais est ressortie sans aucune garantie. « On nous a expliqué que le recteur prendrait une décision avec le ministère », indique Sylvie Micolet, déléguée des parents d'élèves (Peep). Une réponse jugée peu convaincante par les profs et les parents. « Il faut qu'il termine l'année ailleurs et que le proviseur intérimaire, monsieur Bigi, revienne », lâche une mère de famille. La grève devrait être reconduite ce matin, lors d'une assemblée générale.