Maxime Verner veut faire rajeunir le Président

ELECTIONS Le «plus jeune candidat de France», élu à Bron, milite pour une candidature à 18 ans

Sandrine Boucher

— 

A défaut d'emporter un siège de conseiller municipal à Bron en 2008 (3,7 % des voix), Maxime Verner s'est fait un nom : celui de « plus jeune candidat de France ». Il avait juste 18 ans. L'âge qu'il suffira bientôt d'avoir, il l'espère, pour pouvoir théoriquement devenir président de la République (contre 23 ans), député (23 ans aussi) ou sénateur (30 ans). « Plus qu'un symbole, se sera un signal fort vers les jeunes, incités à apporter leur vision, leur énergie au débat », s'enthousiasme-t-il.

Le garçon a fait le tour des parlementaires et en a convaincu quelques-uns. Il est aujourd'hui lobbyiste-stagiaire pour une fédération d'hôpitaux privés, à Paris. Il l'avoue, cela facilite la prise de contact dans le monde politique. La députée UMP Valérie Rosso-Debord (Meurthe-et-Moselle) vient ainsi de déposer deux propositions de loi dans ce sens. Le socialiste Gaëtan Gorce (Nièvre) s'apprête à faire de même. La loi pourrait être votée à l'Assemblée nationale d'ici à juillet. Et après ? Jusqu'à présent, le Sénat a balayé au nom du « sérieux » toute velléité de faire correspondre majorité et éligibilité. Maxime Verner espère obtenir l'oreille bienveillante de Gérard Larcher, le président du Sénat. Les régionaux de l'étape, Gérard Collomb (PS), Michel Mercier (Centre) et François-Noël Buffet (UMP), « attendent de voir ce que vont faire les députés. C'est très sage. Très sénatorial », s'amuse-t-il. 

Mots-clés :