Pac Man et ses fantômes ont la ville pour terrain de jeu.
Pac Man et ses fantômes ont la ville pour terrain de jeu. - DR

Frédéric Crouzet

Si vous croisez samedi soir à la Croix-Rousse un jogger transpirant habillé en jaune poursuivi par quatre «fantômes» essoufflés vêtus de tuniques de couleurs, pas de panique ! Il ne s'agit que d'un «Pac Man» grandeur nature, une adaptation urbaine du célèbre jeu vidéo d'arcade des années 1980. Depuis un an, une bande de copains transforme régulièrement le quartier des Pentes (1er) ou les alentours de la place Maréchal-Lyautey (6e) en un labyrinthe géant, où le glouton Pac Man doit collecter des points en évitant les fantômes. «Cela permet de se défouler, de courir déguisé dans les rues de Lyon, de rencontrer des gens», explique Clément Chaine, un informaticien de 28 ans qui s'est inspiré des parties de «Pac­manhattan» organisées par des étudiants à New York en 2004.

 


Pour une partie, il faut dix joueurs et un peu de matériel : une bonne paire de basket, un téléphone portable chargé au maximum et cinq ordinateurs. Derrière leurs machines en réseau, cinq «contrôleurs» dirigent les cinq coureurs à qui ils donnent les indications par téléphone. Dans la rue, l'avatar de Pac Man doit cavaler pour éviter les fantômes Inky, Pinky, Clyde et Blinky, et trouver les «gommes virtuelles» pour pouvoir à son tour croquer ses ennemis. Un logiciel se charge de compter les points. «C'est une sorte de jeu de loup géant», résume Clément Chaine. «Les passants sont étonnés. Certains posent des questions, d'autres aident les joueurs.» Les organisateurs aimeraient désormais que ce jeu se développe dans d'autres villes.

gratuit
La prochaine session de Pac Man a lieu samedi à 18h 30 au 8, rue René-Leynaud (1er). La partie est gratuite, et les costumes fournis, à condition de devenir membre (6 €) de l’association Moi j’m'en fous, je triche. Une vidéo du jeu est disponible ici.