Chronostock invente le magasin éphémère « low-cost »

Avec la hausse du prix du pétrole, des transports routiers et donc des frais de livraison, la vente discount par correspondance a-t-elle encore un avenir ? « Pas sûr », estiment Bruno Poncet et Edouard de Jandin, les fondateurs de Chronostock, qui on...

Frédéric Crouzet - ©2008 20 minutes

— 

Avec la hausse du prix du pétrole, des transports routiers et donc des frais de livraison, la vente discount par correspondance a-t-elle encore un avenir ? « Pas sûr », estiment Bruno Poncet et Edouard de Jandin, les fondateurs de Chronostock, qui ont entrepris le pari du commerce « low-cost de proximité ». Les deux associés ont ouvert fin mai dans le centre de Lyon un « magasin éphémère » de petit électroménager de marque à prix cassés, qui fermera le 26 juillet. Les mêmes produits que sur les sites internet de déstockage, mais en centre-ville. « On conjugue les recettes du commerce traditionnel avec celles des vente flash en ligne », indique Edouard de Jandin. « Notre objectif est de ramener du discount en centre-ville. Il n'y en a plus. Il faut aujourd'hui aller en périphérie et prendre sa voiture ». Et ça plaît. L'ancienne supérette Casino de la place d'Albon (1er), où les ustentiles de cuisine à 2,50 euros avoisinent les piles de poêles à 16 euros et les fers à repasser à 39 euros, ne désemplit pas. Le hit du moment : les ventilateurs.

« On est entre moins 20 % et moins 50 % du prix initial », notent les associés, spécialistes de l'univers discount. Après plusieurs années au sein de la chaîne de magasins Planète Cash, ils ont lancé Chronostock en s'inspirant des « guerilla stores » qui cartonnent dans les pays anglo-saxons. La recette : un loyer temporaire négocié à la baisse, pas d'aménagement du magasin, peu de personnel et des produits achetés en fin de série ou avec des défauts d'emballage. « C'est du low-cost. Avec la hausse des prix de l'immobilier et du carburant, de nouveaux modes de distribution sont à inventer », estime Edouard de Jandin. Ils ont testé la formule du magasin éphémère, le premier en France, dans une galerie marchande de Saint-Etienne de mars à avril. Avec succès. Ils envisagent désormais de nouvelles ventes flash en fin d'année à Lyon et Saint-Etienne. Et espèrent pouvoir s'implanter dans d'autres villes comme Grenoble ou Marseille dès 2009.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.