Mateta, Kemen, Kalulu... Comment se débrouillent les jeunes joueurs de l'OL prêtés en Ligue 2?

FOOTBALL L’académie lyonnaise est tellement formidable qu’elle ne peut pas permettre à tous ses jeunes professionnels de s’aguerrir en L1 avec l’OL. Pas moins de six joueurs sont actuellement prêtés en L2, où des témoins privilégiés décryptent leurs débuts…

Jérémy Laugier

— 

Romain Del Castillo, ici lors d'un match de préparation avec l'OL en juillet contre le Celtic Glasgow, avant son prêt au Nîmes Olympique.

Romain Del Castillo, ici lors d'un match de préparation avec l'OL en juillet contre le Celtic Glasgow, avant son prêt au Nîmes Olympique. — Andy Buchanan / AFP

  • Dans un mercato estival assez agité, les prêts en Ligue 2 de six jeunes joueurs de l’OL sont passés assez inaperçus.
  • « 20 Minutes » vous récapitule ces mouvements et surtout leur réussite assez variable.
  • Les mentions spéciales sont jusque-là pour Jean-Philippe Mateta au Havre, Romain Del Castillo à Nîmes voire Maxime D’Arpino à Orléans.

Sergi Darder (Espanyol Barcelone) et Nicolas Nkoulou (Torino) ne sont pas les seuls Lyonnais à avoir été prêtés cet été. Six jeunes joueurs de l’OL sont actuellement en Ligue 2, tous sans option d’achat mais avec jusque-là des fortunes diverses. Après deux mois de compétition, 20 Minutes vous présente donc un baromètre garanti sans le sempiternel titre « Le bonheur est dans le prêt ».

Jean-Philippe Mateta au Havre (7 titularisations, 4 buts)

Il y a tout juste un an, les supporters lyonnais s’étonnaient de voir débarquer en tant que joker cet ex-attaquant de Châteauroux (National), surtout pour 4 millions d’euros. A 19 ans, Jean-Philippe Mateta ne s’est jamais imposé la saison passée comme un véritable recours à Alexandre Lacazette. Titulaire surprise en L1 contre Monaco (1-2) en avril, il n’a pas vraiment survolé le championnat CFA avec l’équipe réserve, n’inscrivant que 6 buts en 16 rencontres. La situation de « JP » a bien changé cet été puisqu’il est l’une des belles surprises du début de saison réussi du Havre, actuel 5e de L2.

« Même s’il a eu un peu de mal à débloquer son compteur buts, il fatigue toujours beaucoup les défenses dans son rôle de point d’ancrage dans notre 4-3-3, raconte son coéquipier Amos Youga. Là, il vient d’enchaîner quatre buts. Franchement, pour un grand gabarit (1,92 m), il est bon techniquement. Il a fait le bon choix en étant prêté ici. » Sous contrat jusqu’en 2021, Jean-Philippe Mateta n’a sans doute pas manqué de remarquer qu’aucun attaquant de pointe n’a pour l’instant su s’imposer à Lyon en relais de Mariano Diaz.

Romain Del Castillo à Nîmes (4 titularisations, 1 but et 3 passes décisives)

Après un prêt plutôt réussi avec Bourg-en-Bresse (5 buts et 6 passes décisives), Romain Del Castillo goûte à une nouvelle expérience en Ligue 2 à Nîmes. « C’est dur pour moi de dire du bien d’un Lyonnais, se marre le gardien nîmois Baptiste Valette, passé par l’ASSE de 2013 à 2015. Non, c’est un super mec qui a déjà pris une place considérable dans notre équipe. » Arrivé le 30 août en fin de mercato, celui qui compte 37 minutes avec l’OL en L1 à la fin de l’ère Fournier a immédiatement été titularisé par Bernard Blaquart comme milieu gauche dans un 4-4-2.

A l’image de son festival à Tours le 19 septembre à Tours (0-4) avec un but et deux passes décisives, Romain Del Castillo (sous contrat à Lyon jusqu’en 2019) a vite su se montrer décisif avec l’actuel 8e de L2. « Le coach nous demande de beaucoup passer par lui pour qu’il apporte toute sa percussion et sa grosse qualité technique à notre attaque », confirme Baptiste Valette.

Maxime D’Arpino à Orléans (4 titularisations)

S’il est sans doute le moins connu de la liste, Maxime D’Arpino n’a pas mis longtemps à s’adapter à la Ligue 2. Jamais utilisé en L1 avec son club formateur, cet élégant milieu relayeur de 21 ans a enfin l’opportunité de se tester à un tout autre niveau que le National 2 avec Orléans. « Dès les premiers entraînements, on s’est rendu compte qu’on avait affaire à un garçon connaissant le foot. J’aime beaucoup jouer avec lui, on se comprend facilement », confie son nouveau partenaire Pierre Bouby, qui l’a notamment aidé « pour prendre un abonnement EDF car il était paumé dans son premier appart ».

Pas seulement chambreur sur Twitter, Pierre Bouby n’en est pas moins admiratif du potentiel de Maxime D’Arpino, qui compte déjà plus de 330 minutes de jeu depuis le début de saison avec Orléans. « Tous les deux, nous ne sommes pas très rapides et nous ne misons pas tout sur notre physique, indique le milieu de terrain lui aussi formé à l’OL. Il peut avoir une belle carrière, mais peut-être plus du côté de l’Espagne vu son profil. » Sous contrat jusqu’en 2019 à Lyon, Maxime D’Arpino semble en tout cas s’éclater avec l’actuel 9e de L2.

Maxime D'Arpino, ici face à Villareal à l'Emirates Cup en juillet 2015, lors d'une de ses rares apparitions avec le groupe professionnel lyonnais.
Maxime D'Arpino, ici face à Villareal à l'Emirates Cup en juillet 2015, lors d'une de ses rares apparitions avec le groupe professionnel lyonnais. - SIPANY/SIPA

Olivier Kemen au Gazélec Ajaccio (5 titularisations, 1 passe décisive)

Arrivé à Lyon en même temps que Lucas Tousart, au bout du mercato 2015, Olivier Kemen (4 apparitions en L1 en une saison et demie) a enfin entrevu cet été une opportunité de se faire une place au milieu du terrain avec les départs majeurs de Corentin Tolisso et de Maxime Gonalons. Mais n’entrant toujours pas dans les plans de Bruno Genesio, l’ancien joueur de Newcastle a dû refaire ses valises, à 21 ans, pour un nouveau prêt au Gazélec Ajaccio. Après n’avoir obtenu que des miettes de matchs en août chez un mal classé (16e de L2), Olivier Kemen a retrouvé depuis cinq journées son statut de titulaire obtenu en Corse dans la deuxième partie de saison 2016-2017.

« Il était arrivé en janvier tout comme le Niçois Saïd Benrahma et ils avaient amené leur fougue et leur folie, se souvient Amos Youga, qui évoluait au Gazélec avant son transfert au Havre. Il faisait souvent des courses folles sur le terrain. C’est un gars très posé, mature, cultivé et plein de projets. Après ses six bons mois à Ajaccio [avec 4 buts et 2 passes décisives au total à la clé], je n’ai franchement pas compris qu’il n’ait pas sa chance à Lyon. » L’OL a pourtant bien préféré miser sur de nouvelles recrues, avec Pape Cheikh Diop puis Tanguy Ndombele.

>> A lire aussi : Sur les traces du «gros morceau» Tanguy Ndombele, d’Epinay-sous-Sénart à Amiens

Aldo Kalulu à Sochaux (9 titularisations, 1 but)

Avec 3 buts en 14 apparitions de Ligue 1 avec l’OL, entre septembre 2015 et octobre 2016, Aldo Kalulu est évidemment celui qui présente le plus de références dans l’élite au sein de cette liste. Mais à 21 ans, la carrière de cet attaquant de poche (1,66 m) tarde un peu à pleinement décoller, à l’image de son prêt assez décevant à Rennes durant la deuxième partie de saison 2016-2017 (0 but en 10 apparitions de L1).

Si son nouveau prêt ne pouvait pas mieux démarrer à Sochaux, avec un but inscrit dès la première journée de L2, le 28 juillet contre Bourg-en-Bresse (2-0), la suite est jusque-là moins emballante. « Il est très ouvert et il s’est fondu très facilement dans le groupe, assure pourtant son partenaire Florent Ogier. On n’avait pas son profil de petit gabarit percutant donc c’est un réel plus pour nous. Le plus important c’est qu’il entraîne toujours des occasions, pour lui ou pour d’autres. » Une note positive, même si les Lionceaux (17es de L2) restent sur quatre revers de rang.

Gaëtan Perrin à Orléans (2 titularisations)

Gaëtan Perrin à l’OL, c’est avant tout cet étonnant but de la tête (pour un attaquant d’1,69 m) qui débloque une rencontre galère contre Nantes (2-0) le 19 mars 2016. Après une saison blanche en 2016-2017, notamment due à un prêt invalidé en janvier à Orléans, le joueur de 21 ans a cette fois pu être prêté à l’US Orléans. Il faut bien avouer que jusque-là, il est plus facile de retrouver sur le net son spectaculaire bizutage musical, avec Bali Balo et Partenaire Particulier au programme, que de visualiser ses quatre premières apparitions en L2.

>> A lire aussi : Lyon: Héros surprise d'OL-Nantes, Gaëtan Perrin régale Twitter

« Son acclimatation est un peu plus compliquée que pour Maxime D’Arpino, sans doute car il y a beaucoup de potentiel offensif dans notre équipe, explique Pierre Bouby. Mais s’il a un peu joué en L1 à l’OL, c’est qu’il a le niveau pour évoluer en L2. C’est en tout cas un mec avec un super état d’esprit. » Il ne lui manque sans doute encore qu’une bonne dose de savoir-faire.