Lyon: Un robot voiturier bientôt testé à l'aéroport pour garer les véhicules

INNOVATION L’aéroport lyonnais va expérimenter ce dispositif à la rentrée auprès de son personnel et de passagers volontaires…

Elisa Frisullo

— 

Le robot Stan, développé par la start-up Stanley Robotics, va débarquer à l'aéroport Lyon Saint-Exupéry en septembre 2017 pour garer les voitures sur un parking extérieur dans le cadre d'une expérimentation.

Le robot Stan, développé par la start-up Stanley Robotics, va débarquer à l'aéroport Lyon Saint-Exupéry en septembre 2017 pour garer les voitures sur un parking extérieur dans le cadre d'une expérimentation. — Stanley Robotics

  • Dès septembre, il sera expérimenté sur le parking longue durée extérieur P5 pour une durée de 18 mois
  • L’objectif est d’offrir davantage de places de stationnement aux passagers de Saint-Exupéry

Vous laissez votre voiture dans un box et vous filez prendre votre avion sans vous soucier davantage de votre stationnement. Voilà qui devrait être possible à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry, où « Stan » doit faire son arrivée. Dès septembre, ce robot voiturier, conçu par Stanley Robotics, sera expérimenté sur le parking extérieur longue durée P5 par les personnels de la plateforme et des voyageurs volontaires, a annoncé ce jeudi Aéroports de Lyon, qui a signé un contrat avec la start-up parisienne.

Après dix-huit mois de test, cette technologie, déjà en place dans le parking intérieur de l’aéroport de Roissy, pourrait dès début 2019, être proposée à l’ensemble des voyageurs. Pour Aéroports de Lyon, l’objectif affiché est double. Il s’agit à la fois de simplifier le stationnement des passagers et de multiplier le nombre de places de parking disponibles.

>> A lire aussi : Intelligence artificielle: Quand les machines battent l’Homme

50 % des places en plus

« Grâce à cette innovation, le parking extérieur de l’aéroport pourra accueillir 50 % de véhicules supplémentaires. En effet, les robots sont capables de garer les voitures de façon dense et sans risque de dommages », explique l’aéroport, soucieux de pouvoir faire face à la hausse des besoins de stationnement. Une progression logique, le trafic passager ayant augmenté en 2016 de 9.8 % à Saint-Exupéry (9.5 millions de voyageurs sur l’année).

Le robot Stan, développé par la start-up Stanley Robotics, va débarquer à l'aéroport Lyon Saint-Exupéry en septembre 2017 pour garer les voitures sur un parking extérieur dans le cadre d'une expérimentation.
Le robot Stan, développé par la start-up Stanley Robotics, va débarquer à l'aéroport Lyon Saint-Exupéry en septembre 2017 pour garer les voitures sur un parking extérieur dans le cadre d'une expérimentation. - Stanley Robotics

Pour le public, qui a parfois du mal à trouver une place proche de son terminal d’embarquement, l’arrivée de Stan est prometteuse. « Avec ce système automatisé, plus besoin de chercher une place disponible ni de marcher dans le parking », assure la plateforme lyonnaise. Les voyageurs n’auront qu’à déposer leur véhicule dans un box dédié installé à l’entrée du parking extérieur, à conserver leur clé puis à filer prendre leur avion.

Un système intelligent

Pour le reste, Stan s’occupe de tout. Il prend en charge le véhicule, l’analyse, se glisse dessous et « grâce à ses bras la soulève délicatement par les roues et va la garer dans un parking sécurisé », ajoutent les fondateurs de Stanley Robotics dans un communiqué. Le système étant connecté au billet d’avion des passagers, le robot voiturier est ensuite capable de préparer les voitures pour le retour des voyageurs. A leur descente de l’avion, leur véhicule doit être prêt à partir.

A Paris, où le système est proposé au public depuis quelques mois, l’arrivée de Stan n’a pas entraîné de surcoût des tarifs de stationnement pour le public. Mais seuls les voyageurs optant pour l’option de parking la plus chère peuvent avoir accès au robot gareur. A Lyon, pendant la phase de test, les tarifs n’évolueront pas. Contactée par 20 Minutes, la société Aéroports de Lyon n’a pas souhaité communiquer sur le montant investi, dans le cadre du contrat passé avec Stanley Robotics, pour proposer ce service à ses passagers.