Pédophilie dans l’église: Le prêtre mis en cause «reconnaît les faits», selon l’évêque de Saint-Etienne

PEDOPHILIE Régis Peyrard, le curé de 84 ans, a été dénoncé à trois reprises depuis 2000 auprès du diocèse…

Elisa Frisullo

— 

Saint-Etienne, le 4 juillet 2017. L'év^que de Saint-Etienne Sylvain Bataille lors de la conférence de presse consacrée aux faits d'agressions sexuelles sur mineurs reprochés à un curé du diocèse Régis Peyrard.

Saint-Etienne, le 4 juillet 2017. L'év^que de Saint-Etienne Sylvain Bataille lors de la conférence de presse consacrée aux faits d'agressions sexuelles sur mineurs reprochés à un curé du diocèse Régis Peyrard. — E. Frisullo/ 20 Minutes

  • Ce prêtre a été mis en cause une première fois en 2000 par deux victimes
  • L’avenir de l’ecclésiastique est désormais entre les mains de Rome, saisie de cette affaire

« C’est un prêtre âgé, mais très profondément conscient de la gravité de ses faits. » Ce mardi après-midi,suite aux révélations faites par 20 Minutes, l’évêque de Saint-Etienne (Loire) Sylvain Bataille a indiqué qu’une procédure canonique avait été engagée à l’encontre du père Régis Peyrard, 84 ans, accusé par trois victimes de faits d’agressions sexuelles sur mineurs datant d’une trentaine d’années. « Celui-ci reconnaît les faits », a ajouté l’évêque, précisant toutefois que l’homme d’Eglise, en poste dans le diocèse depuis les années 1960, présentait « des vraies difficultés de mémoire par rapport à ces faits-là ».

>> A lire aussi : Pédophilie dans l'Eglise, «une affaire Preynat bis» dans le diocèse de Saint-Etienne?

Ce prêtre, passé ces dernières décennies par les paroisses de la Talaudière, puis de Saint-Just-Saint-Rambert et Sainte-Thérèse du Rond-Point, a été mis en cause pour la première fois, selon Sylvain Bataille, en 2000. Cette année-là, deux victimes ont dénoncé les abus perpétrés à leur encontre par le curé auprès du diocèse. Puis, en 2014, un troisième signalement a été fait auprès de l’Eglise.

Des victimes se sont manifestées en 2000 et 2014

« A trois reprises, des victimes se sont manifestées et à chaque fois, les faits ont été signalés à la justice », a assuré l’évêque. Mais pour l’heure, les attouchements sexuels dont est accusé Régis Peyrard étant prescrits, ce curé n’est visé par aucune procédure judiciaire, avait indiqué mi-juin à 20 Minutes une source judiciaire.

Dès les premiers signalements, l’évêque de l’époque Pierre Joatton, aurait pris les mesures nécessaires pour empêcher tout contact entre le curé et les enfants. A savoir « résider dans une maison de retraite et exercer un ministère restreint », a ajouté ce mardi Sylvain Bataille, jugeant « inqualifiables » les actes reprochés au curé. « Nous pensons d’abord aux victimes, à leurs souffrances et aux conséquences dramatiques de ces actes », a ajouté l’évêque, inquiet que d’autres enfants aient pu par le passé subir les assauts du père Peyrard.

La crainte d’autres victimes

« Forcément, c’est une question qui m’habite, qui m’affecte. On se demande combien de personnes ont pu être touchées », a-t-il déclaré. L’avenir de ce prêtre, qui a multiplié les pèlerinages en terre sainte et à Lourdes, est désormais entre les mains de Rome, saisie de cette affaire. « Cette procédure pourra aboutir à différentes choses et aller jusqu’à le relever du sacerdoce », a précisé le diocèse.