Arrêté anti-burkini : Le maire de Lorette condamné à 2.100 euros

JUSTICE Le maire de Lorette dans la Loire, devra verser 2.100 euros à trois associations qui avaient saisi la justice, estimant que cet arrêté, interdisant aux femmes voilées de se baigner sur le plan d’eau de la commune, était discriminatoire…

Caroline Girardon

— 

Une femme porte le burkini (image d'illustration).

Une femme porte le burkini (image d'illustration). — AFP

Gérard Tardy, le maire divers droite de la commune de Lorette, dans la Loire, a été condamné lundi à verser 2.100 euros à trois associations (700 euros chacune), qui avaient saisi la justice afin de dénoncer l’arrêté anti-burkini pris par l’élu.

>> A lire aussi : A Lorette, les femmes voilées interdites de baignade

Ce dernier avait imposé dans le règlement du nouveau plan d’eau de la commune, que les femmes voilées ne soient pas autorisées à se baigner. Et même à fréquenter les lieux.

Retiré provisoirement

Samedi, il avait pris le soin de retirer (provisoirement) cet arrêté. Ce qui ne l’a pas empêché d’être condamné lundi par le tribunal administratif de Lyon, qui a demandé qu’il dédommage les associations en payant leurs frais d’avocat.

La polémique ne devrait toutefois pas totalement s’éteindre puisque le maire de la commune a précisé qu’il remettrait le sujet sur le tapis le 12 juillet, date du prochain conseil municipal. Celui qui avait déjà demandé aux habitants de faire moins de bruit pendant le ramadan par le biais de messages sur des panneaux de la ville, compte faire voter une délibération pour interdire le voile autour du plan d’eau ce jour-là.