Petite fille violée par sa famille: «Tout le monde voyait, tout le monde savait», racontent les enquêteurs

FAITS DIVERS Une petite fille de 6 ans a été violée par plusieurs membres de sa famille…

Caroline Girardon

— 

Illustration d'un enfant avec sa peluche.

Illustration d'un enfant avec sa peluche. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Une petite fille de 6 ans a été violée dès l’âge de 5 ans par son frère mineur et son grand-père de 71 ans.
  • La mère a aussi été arrêtée pour avoir gardé les faits sous silence et s’être adonnée à des actes sexuels devant son enfant.
  • Le grand-père a avoué avoir violé plusieurs de ses petites filles

Il a fallu plus d’un an avant qu’elle ne brise le tabou. Attendre qu’elle soit placée en famille d’accueil, loin de ses bourreaux, pour qu’elle se confie enfin, traumatisée par le calvaire qui lui avait été infligé durant de longs mois.

Une petite fille de 6 ans, vivant à l’époque à Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône, a été violée à maintes reprises par son grand-père, âgé de 71 ans et son frère, mineur, âgé aujourd’hui de 15 ans.

>> A lire aussi : Une petite fille de 6 ans violée par son frère et son grand-père

La mère, 35 ans, a également été interpellée cette semaine sur Lyon. Tous trois ont été déférés jeudi matin devant le parquet. Une information judiciaire devrait être ouverte dans les prochaines heures pour viols sur mineure de 15 ans par personne ayant autorité, complicité de viols, corruption de mineure et non-dénonciation de crime.

« Zola, à côté, c’est un documentaire », confie une source proche de l’enquête. La famille, d’un niveau social « très bas » réside chez le patriarche. Clara (prénom d’emprunt) n’a que cinq ans lorsque ses agresseurs présumés s’en prennent à elle la première fois. Les scènes se répètent régulièrement. La fillette subit en silence, comprenant toutefois que ce n’est pas normal.

La sœur, la cousine et la mère également violées par le patriarche

Sa mère, elle, ferme les yeux. Elle aussi a été violée par le grand-père, son propre père. Interrogée par les enquêteurs de la brigade de protection des familles, elle niera l’avoir été. Peine perdue. Le septuagénaire a déjà lâché le morceau.

« Elle n’était pas forcément présente lorsque sa fille se faisait violer mais elle le savait. Parfois, elle lui remontait sa culotte et lui disait de laisser faire et surtout, de n’en parler à personne », ajoute un enquêteur. Elle-même ne prend aucune précaution, ayant des ébats sexuels avec son partenaire du moment, devant ses enfants. Le grand-père est souvent aux premières loges, caché derrière un rideau ou tendant l'oreille pour ne pas manquer une miette du spectacle. « Ce n’est pas une famille où on avait l’habitude de fermer les portes dans les moments d’intimité », lâche une source proche de l’enquête.

« Tout le monde voyait, tout le monde savait »

« Tout le monde voyait, tout le monde savait ». La famille est nombreuse. Les oncles, tantes ou cousins sont souvent de passage. « Il se passait des choses ». Et personne ne dit jamais rien. Les services sociaux sont toutefois alertés et les enfants sont placés. Pas le frère qui restera dans le giron familial. Mais les deux sœurs. La « grande » de 14 ans, également violée par le grand-père, a été envoyée en Isère. Clara quitte sa famille à la fin de l’année 2016 pour rejoindre la Loire. Et se met à parler rapidement avec ses mots d’enfants.

Elle va se confier aux parents, évoquant « des choses dégoûtantes » et tentant de décrire l’inénarrable en faisant quelques gestes. La famille alerte aussitôt les gendarmes de la Loire, qui commenceront à enquêter et à entendre la petite fille.

Arrêté jeudi, le frère n’a reconnu qu’un seul viol alors que le grand-père a tout avoué, confessant même avoir violé une autre de ses petites filles, c'est-à-dire l'une des cousine de la victime.