Comment les policiers lyonnais accueillent la nomination de Gérard Collomb au ministère de l'Intérieur

GOUVERNEMENT Les représentants des forces de l’ordre attendent beaucoup de leur nouveau ministre…

Cyrille Pac

— 

Dès sa prise de fonction, Gérard Collomb est allé rencontrer les forces de l'ordre.

Dès sa prise de fonction, Gérard Collomb est allé rencontrer les forces de l'ordre. — FRANCOIS GUILLOT/AFP

  • A la tête de la ville de Lyon pendant 16 ans, Gérard Collomb a renforcé la police municipale
  • Dès sa prise de fonction, il est allé en banlieue parisienne rencontrer des agents sur le terrain

Gérard Collomb n’a pas attendu pour endosser le costume de « Premier flic de France ». Après la passation de pouvoir, le ministre de l’Intérieur s’est rendu à Trappes pour y rencontrer des agents sur le terrain. A Lyon, ceux-ci le connaissent bien.

« Il a une grande expérience ». Gérard Collomb a toujours suivi de près les problèmes de sécurité. Et pas uniquement parce que son fils, Thomas, est un ancien lieutenant de police. « En tant qu’élu d’une grande ville, il a une grande expérience, c’est un atout, témoigne Thierry Clair, responsable national province du syndicat Unsa-Police. Il n’a jamais occulté ces problèmes. » Un sentiment partagé par un porte-parole d’Alliance police : « Lyon a été frappé par les affaires de terrorisme, avec notamment, Khaled Kelkal (NDLR : Gérard Collomb était alors maire du 9e arrondissement). Pour les hommes sur le terrain, c’est rassurant de voir un homme expérimenté à ce poste. » Comme le résume le Lyonnais Patrick Léger, directeur juridique national du syndicat de la police municipale : « On ne s’attendait pas à cette nomination mais c’est une bonne chose. »

>> A lire aussi : VIDEO. Gouvernement: Longtemps loser à Lyon, Gérard Collomb savoure sa consécration à Beauvau

« La police municipale a toujours été bien traitée ». Avec, notamment, la vidéosurveillance, le maire de Lyon a toujours pris au sérieux la question sécuritaire. « La police lyonnaise est bien équipée, confirme Patrick Léger, et le travail avec la nationale se fait en bonne intelligence. La police municipale est bien traitée. » Le nouveau ministre s’est d’ailleurs entouré de professionnels pour développer ses services. « Il a recruté des retraités de la police nationale pour améliorer la qualité de la municipale, témoigne Thierry Clair. Il a aussi toujours été à l’écoute. On a récemment rencontré ses services et nous avons bien travaillé ensemble. Gérard Collomb a toujours su distinguer la nationale de la municipale et éviter les rivalités. »

Autrefois opposé à l’armement des agents municipaux, il s’est montré pragmatique après les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan. « Il est revenu sur ses idées », confirme Patrick Léger. « Là aussi, il a su s’entourer d’anciens professionnels pour former les policiers municipaux », apprécie Thierry Clair, qui ajoute : « La police lyonnaise est l’une des premières de France ». Un jugement confirmé par une étude de la Gazette des communes en 2015.

>> A lire aussi : VIDEO. Gouvernement: Cinq choses à savoir sur Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur et numéro 2 du gouvernement

« Il doit être le premier flic de France ». Les policiers lyonnais, comme leurs collègues, attendent beaucoup de leur ministre. « Il se doit d’être le premier flic de France, exprime le représentant d’Alliance. Face au terrorisme, il faut plus de moyens humains. » « Le problème de la police municipale n’a jamais été traité, regrette Patrick Clair, notamment dans son volet social. Et il est important de généraliser l’armement des policiers municipaux. » « On attend de lui qu’il continue la politique de recrutement et qu’il entreprenne un vrai travail de simplification de la procédure pénale. » Reste à connaître sa marge de manoeuvre. « Il va devoir trancher », conclut Patrick Léger.