Des centaines de supporters de l'OL se sont réfugiés sur la pelouse, retardant le match des Lyonnais face au Besiktas de 45 min, ce jeudi 13 avril 2017.
Des centaines de supporters de l'OL se sont réfugiés sur la pelouse, retardant le match des Lyonnais face au Besiktas de 45 min, ce jeudi 13 avril 2017. - AFP

L’Olympique lyonnais a intérêt à sérieusement renforcer son dispositif de sécurité s’il veut continuer à briller sur la scène européenne. Car la sanction de l’UEFA est tombée et le club vient d’écoper d’une exclusion de toutes compétitions européennes avec un sursus de deux ans. Autrement dit, il n’a plus le droit au moindre débordement dans son stade durant les deux prochaines années, sinon il sera privé d’Europe.

>> A lire aussi : Lyon-Besiktas: Vous n'avez rien compris à l'invraisemblable chaos au Parc OL? On vous explique tout

Clairement, l’UEFA n’y est pas allée de main morte pour sanctionner les incidents survenus au Parc OL, lors du quart de finale aller contre Besiktas. Pour rappel, des bagarres entre supporters avaient éclaté devant le stade, puis les supporters turcs avaient lancé des pétards sur le public lyonnais qui s’était alors réfugié sur la pelouse ; retardant le coup d’envoi du match de 45 minutes.

Appel possible

Lyon, qui peut faire appel de cette décision, est tenu responsable d'une « organisation insuffisante » concernant la « séparation » des fans turcs et lyonnais. Il est également reproché au club français l'envahissement de la pelouse par des supporters « après le deuxième but de l'Olympique Lyonnais ». Jean-Michel Aulas a réagi à la sanction de manière très mesurée et ne sait pas si le club fera appel.

« Je pense que c'est une décision équitable. On a été surpris par la violence de ce qu'on a eu à gérer. [...] On a sûrement une part de responsabilité, je ne l'avais peut-être pas vu au départ. Ceci étant, quand j'ai eu l'idée de faire rejoindre les tribunes à nos supporters qui s'étaient réfugiés sur le terrain, je pense que j'ai eu la bonne intuition, parce que devant la rétrospective, on se dit que ce sursis n'aurait peut-être pas eu lieu, puisque le match n'aurait pas été tenu. On assumera cette sanction. Elle nous impose d'être irréprochable »

Il faut noter que la même sentence a été prononcée à l’encontre de Besiktas pour « jets de projectiles » et « troubles » dans le public. . Or le club turc accueille demain soir L’Olympique lyonnais. De quoi calmer, peut-être, les ardeurs des supporters du club d’Istanbul.

Mots-clés :