Lyon: Les Hospices civils retrouvent la santé

ECONOMIE Pour la première fois depuis huit ans, le deuxième CHU de France, a réussi à sortir du rouge…

Caroline Girardon

— 

Vue de la façade des batiments des HCL (Hospice Civil de Lyon). Lyon, le 12 septembre 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES

Vue de la façade des batiments des HCL (Hospice Civil de Lyon). Lyon, le 12 septembre 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

Les économies drastiques réalisées depuis huit ans semblent enfin avoir payé. Pour la première fois depuis 2008, les comptes des Hospices civils de Lyon, HCL, sont presque sortis du rouge. « Presque » car la structure accuse un déficit de « seulement » 3,4 millions d’euros pour l’année 2016. Une bagatelle, comparée aux 94 millions de pertes enregistrées en 2008.

« On considère que nous sommes à l’équilibre », déclare avec satisfaction Dominique Deroubaix, l’actuel directeur général des HCL, dont le budget s’élève à 1,7 milliard d’euros. Mais les dirigeants ne veulent pas crier victoire trop vite, préférant rester prudents.

>> A lire aussi : Les Hospices civils de Lyon limitent leur déficit et poursuivent leur réorganisation

« Le résultat a été possible car chacun s’est serré la ceinture. Les équipes ont été embarquées là-dedans. Si le déficit n’avait pas été aussi important au départ, il n’est pas certain qu’elles auraient fait autant d’efforts », indique Olivier Claris, le président de la commission médicale d’établissement des HCL.

« Il ne faut pas croire que, par miracle, l’exercice 2017 va se reproduire à l’identique de celui de 2016 », prédit Dominique Deroubaix. Les HCL avaient en réalité tablé sur un déficit d’une vingtaine de millions d’euros en 2016. Comme c’était le cas en 2015 et l’année encore d’avant. « Nous avions fait quelques prévisions pour anticiper. Finalement, elles n’ont pas été nécessaires. Forcément, ça a libéré des crédits », confesse-t-il pour justifier un bien meilleur résultat que prévu.

>> A lire aussi : Le retour à l'équilibre s'éloigne aux Hospices civils de Lyon, plombés par un fort déficit

Continuer de faire des économies

« De toute façon, ne nous pouvons pas relâcher nos efforts dans les années à venir », enchaîne Olivier Claris. Depuis huit ans, le deuxième CHU de France, qui compte 25.000 salariés, s’est saigné pour stopper l’hémorragie. 1.100 emplois ont été supprimés : « Nous perdons en moyenne chaque année, une centaine d’emplois ». Les prévisions pour l’année 2017 vont dans le même sens. « 217 emplois vont être supprimés mais avec le recyclage sur certaines activités, au total, il y aura une perte nette de 99 emplois », révèle Dominique Deroubaix.

Malgré des mesures drastiques, les HCL ont prévu de poursuivre en parallèle leur restructuration. Elle entamera en 2018 la seconde tranche de travaux de modernisation de l’hôpital cardio et inaugurera le pavillon H de l’hôpital Edouard Herriot.

Mots-clés :