Lyon, Le 1 er septembre 2015. Gérard Collomb, le maire de Lyon.
Lyon, Le 1 er septembre 2015. Gérard Collomb, le maire de Lyon. - Elisa Frisullo / 20 Minutes

Gérard Collomb, victime d’un détournement médiatique ? Après s’être attiré les foudres de nombreux internautes, suite à son coup de gueule contre le règlement du Sénat, sanctionnant l’absentéisme des élus, le maire de Lyon s’est dit « blessé par cette polémique injuste ».

>> A lire aussi : Non, Gérard Collomb ne gagne pas «que» 4.000 euros par mois

« Mes revenus sont plafonnés, je ne touche donc rien en tant que maire de Lyon et président de la métropole, je suis donc tombé à 4.000 euros par mois », avait-il déclaré vendredi à une journaliste du Point, venue assister à ses vœux à la presse. Une phrase « malheureuse » selon l’entourage du maire puisque ce dernier gagne en réalité au moins le double.

« Je suis issu d’un milieu modeste »

« Non, je n’ai jamais voulu alerter sur ma situation personnelle. En d’autres termes : je ne me suis jamais plaint de mon salaire », a expliqué mercredi le président de la métropole sur sa page Facebook. Et d’ajouter : « Si j’ai parlé de "cauchemar", c’était pour qualifier la gestion de mon agenda. Je suis issu d’un milieu modeste, fils d’ouvrier et de femme de ménage. Je ne l’ai jamais oublié. »

De son côté, Gérard Larcher, le président du Sénat n’a pas manqué de tacler l’élu socialiste. « Est-ce qu’on peut être maire de Lyon à temps plein et sénateur à temps plein ? », s’est-il interrogé en présentant ses vœux aux membres de l’Association des journalistes parlementaires. « II semble que non, puisque c’est lui-même, M. Collomb, qui le dit », a-t-il poursuivi, réfutant par ailleurs l’excuse d’un agenda « impossible à organiser »

« Et si quelqu’un ne peut pas exercer les deux mandats, il a la liberté de ne pas les exercer, c’est un choix », a conclu l’élu des Yvelines.

Mots-clés :