Lyon: Qu'est-ce que l'Institut français de civilisation musulmane, dont la construction débute?

CULTURE Le ministre Bernard Cazeneuve sera présent à Lyon, jeudi, pour la pose de la première pierre...

Elisa Frisullo

— 

La première pierre de l'Institut français de civilisation musulmane doit être posée ce jeudi 24 novembre en présence de Bernard Cazeneuve.

La première pierre de l'Institut français de civilisation musulmane doit être posée ce jeudi 24 novembre en présence de Bernard Cazeneuve. — Gautier Conquet

Sur chaque gros chantier, la pose de la première pierre est un instant important. Mais ce jeudi, cette étape revêtira un caractère encore plus essentiel et symbolique lors du lancement officiel de la construction de l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM) à Mermoz, dans le 8 arrondissement de Lyon, sur le terrain jouxtant la mosquée.

Une cérémonie à laquelle doivent assister le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et les élus de la ville. « C’est un moment historique, très attendu. Le 24 avril 1981, lors de sa venue dans le cadre de sa campagne pour la présidentielle, Valéry Giscard d’Estaing parlait déjà de cet institut pour la ville », se souvient le recteur de la grande mosquée de Lyon Kamel Kabtane.

Un « combat féroce »

En regardant cet établissement culturel commencer à sortir de terre, il voit prendre fin une longue bataille. « C’est 40 ans de ma vie. Il y a d’abord eu le combat mené pour faire construire la mosquée de Lyon. A l’époque, nous sommes passés devant tous les tribunaux. Cela a été un combat féroce. Il fallait y croire pour tenir », lâche ce responsable de la communauté musulmane, qui a finalement attendu 2004 pour évoquer de nouveau le projet d’Institut français de civilisation musulmane.

Un sujet abordé avec les maires successifs de la ville depuis Francisque Collomb. « Mais il fallait que la mosquée soit installée. Lorsque nous avons fêté ces dix ans, je me suis dit qu’il était temps d’engager le second projet ». Douze années auront ensuite été nécessaires pour convaincre les autorités du bien-fondé de ce nouveau lieu. « Le maire de Lyon Gérard Collomb a joué le jeu. Il nous a soutenus », ajoute Kamel Kabtane.

Sur les 7 millions d’investissement nécessaires pour ériger l’institut, la Ville de Lyon participera à hauteur d’un million d’euros, la métropole apportera un million également, tout comme l’Etat. La grande mosquée, qui consacrera deux millions de fonds propres à l'édifice, est toujours en quête de deux à trois millions pour boucler le financement.

Apporter au public une connaissance sur la culture et la civilisation

« Un grand nombre de nos concitoyens non musulmans mais également ceux de culture musulmane connaissent très mal cette religion. Il est nécessaire d’apporter une connaissance de l’Islam et de ses différents courants », estime Jean-Dominique Durand, adjoint lyonnais en charge du Patrimoine et de la mémoire. « C’est indispensable d’apporter une information, notamment dans le contexte actuel qui nous confronte à des difficultés provenant du salafisme et, plus radical encore, du djihadisme, pour que chacun comprenne cette religion et ce qu’elle a apporté à la civilisation ».

>> A lire aussi : Lyon: Laurent Wauquiez renonce à financer un centre culturel musulman

L’établissement culturel, censé ouvrir au premier trimestre 2018, accueillera sur 2500 m², répartis sur quatre niveaux, une grande salle de conférences, un espace d’exposition, une médiathèque, des salles de classe et laboratoires de langue, des salles polyvalentes pour les séminaires et un salon de thé restaurant de 240 places.

« Nous voulons présenter la culture et la civilisation sous tous ces aspects », ajoute Kamel Kabtane qui souhaite créer des « ponts » avec les musées et les universités de la ville et voir le grand public défiler entre ces murs. « Ce serait vraiment bien pour notre quartier qui est totalement sinistré ».

>> A lire aussi : Lyon: Une nouvelle mosquée à la Duchère qui entend symboliser le «vrai islam»