Lyon: Un espace de travail en semaine devient une église le week-end

INSOLITE Pour la première fois en France, un espace qui accueille des travailleurs indépendants en journée, se transforme en lieu de culte le week-end...

Caroline Girardon

— 

L'espace de co-working Polygones de Lyon devient une église le week-end.

L'espace de co-working Polygones de Lyon devient une église le week-end. — Caroline Girardon / 20 Minutes

Le dimanche en fin d’après-midi, si vous poussez la porte, vous entendrez des chants, des prières et des notes de piano. Pourtant, pas de vitraux à l’extérieur. Ni de croix accrochée aux murs. A l’intérieur, pas de cierge non plus. Seules quelques bibles vous feront deviner que vous êtes dans un espace religieux, une église en réalité.

Chaque dimanche en fin d’après-midi, l’espace de co-working Polygones, situé dans le quartier Saint-Georges de Lyon, se transforme en lieu de culte pour les protestants évangéliques. A savoir une vingtaine de personnes dans le quartier.

« Nous n’avons pas besoin d’aller au temple comme les protestants de l’Église réformée », explique Timothée Pomier, 28 ans, pasteur de l’Église protestante évangélique du Vieux-Lyon.

>> A lire aussi : Qui sont les évangéliques français?

Mais le jeune homme, graphiste de profession, admet qu’il est souvent «difficile de trouver un lieu de célébration ». Il y a quelques mois, ce père de famille a rencontré Diane del Papa dans un pub du quartier. Le courant est rapidement passé. Tous deux ont échangé sur leur projet professionnel, la jeune femme racontant qu’elle ambitionnait d’ouvrir un espace de co-working.

Un concept importé de Rome

L’idée leur est donc venue de trouver un local, un ancien restaurant indien, qui pourrait accueillir jusqu’à 17 travailleurs indépendants et devenir une église le week-end. Une première en France.

>> A lire aussi : Le coworking, ça se passe aussi à domicile

« Ce concept existe déjà à Rome. Mais c’est le seul endroit à ma connaissance », dévoile Raphaël Anzenberger, coach implanteur. « Il faut le voir comme un mariage de raison, une formule gagnante-gagnante. D’un côté, bien souvent, les évangéliques ne trouvent pas d’église. De l’autre, les galeries d’art ou espaces de co-working n’arrivent pas à louer leurs locaux le week-end ».

« Pas réservé aux chrétiens »

« Et puis clairement, ça nous évitait de faire 40 minutes de voiture pour aller à l’église le dimanche », sourit Timothée. Pour autant, Polygone se défend de faire de l’évangélisation en journée même si les Bibles restent bien visibles. « Cet espace n’est pas réservé aux chrétiens. Tout le monde peut venir y travailler ».

C’est le cas de Clément, étudiant breton en école d’ingénieur. Toutes les deux semaines, il vient à Lyon travailler pour le compte de son patron, Alex. L’homme recherchait depuis plusieurs mois un espace de travail partagé avant de jeter son dévolu sur celui-ci.

Tarifs attractifs

« Pour le coup, je n’ai rien à voir avec la religion même si je trouve le concept très original. Car ça permet d’échanger avec d’autres sur plein de sujets. C’est un lieu très convivial, bien plus que ce que j’ai déjà pu voir avant. Mais au départ, je cherchais surtout un tarif attractif ». A savoir 120 euros par mois contre 200 habituellement.