Lyon: Laurent Wauquiez renonce à financer un centre culturel musulman

POLITIQUE La Région s'était engagée à apporter un millions d'euros à l'établissement...

C.G. avec AFP

— 

Laurent Wauquiez a annoncé que la Région ne financera pas l'Institut français de civilisation musulmane.

Laurent Wauquiez a annoncé que la Région ne financera pas l'Institut français de civilisation musulmane. — AFP

Une « décision politique ». C’est en tout cas ce que pense Kamel Kabtane, le recteur de la grande moquée de Lyon après la décision de la région Auvergne Rhône-Alpes de ne pas participer au financement de l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM) à Lyon. Cette dernière a invoqué la participation au projet d’Etats étrangers susceptibles d'« altérer » l'« autonomie » du futur établissement.

Laurent Wauquiez (Les Républicains), président la région, en a informé Kamel Kabtane, dans un courrier adressé le 22 juin et dont l’AFP a eu copie mercredi. Dans ce courrier, Laurent Wauquiez reconnaît que ce projet « s’inscrit dans la nécessité d’asseoir l’Islam de France dans une République apaisée, éclairée, assise sur les valeurs qui l’ont construite et ouverte sur d’autres cultures ».

Lien de dépendance ?

« Dans le contexte trouble » de l’actualité, il rend « hommage aux positions extrêmement claires, sans aucune forme d’ambiguïté » de Kamel Kabtane et à son « refus de voir quelques-uns dénaturer l’Islam ».

« Néanmoins, dans cet espace de la République, fragile et précieux, nous ne pouvons considérer que viennent s’immiscer de manière significative des Etats étrangers par le biais du financement de l’IFCM », poursuit le président de la Région. Au responsable musulman, il écrit qu’il « n’est pas souhaitable qu’un lien de dépendance puisse être de nature à altérer votre autonomie dans la conduite de ce projet ».

Un million d’euros en moins

« Dans ce cadre, la Région n’est pas en mesure de s’engager dans ce projet de financement », conclut M. Wauquiez, revenant ainsi sur un engagement de son prédécesseur Jean-Jack Queyranne (PS) d’apporter 1 million d’euros. Il assure toutefois le recteur que cela « n’entame en rien les liens de confiance qui nous unissent ».

Joint par l’AFP, Kamel Kabtane s’est dit « surpris » de cette décision et a dénoncé une « décision politique ». « On est en train de faire payer aux musulmans ce qui se passe en France et dans le monde », a-t-il ajouté.