L'opticien Krys à Carcassonne n'a pas hésité à se payer la tête du cardinal Barbarin dans sa dernière publicité.
L'opticien Krys à Carcassonne n'a pas hésité à se payer la tête du cardinal Barbarin dans sa dernière publicité. - Facebook

« Minable », « insultant », « osé ». Quelques heures après la publication sur Facebook d'une publicité de la boutique de l'opticien Krys à Carcassonne, les réactions se déchaînent sur les réseaux sociaux.

Cette publicité met en scène le cardinal Barbarin, embourbé dans un scandale sans précédent, accusé d’avoir couvert des actes de pédophilie. On y voit l’archevêque de Lyon, en pleine réflexion, avec cette phrase : « Ils n’avaient rien vu » et plus loin « Des lunettes ajustées en magasin à partir de 39 euros ». Une image partagée sur Facebook qui a été retirée quelques heures plus tard.

Le temps de publication du slogan a été suffisant toutefois pour faire réagir les twittos. Certains se disaient indignés par l’humour employé.

« Ce n’est pas la première fois que nous faisons des publications de cette veine-là, on rebondit régulièrement sur l’actualité, se défend l’un des représentants de la boutique à Carcassone. Pour nous, il n’y a pas de sujet tabou, on peut rire de tout. »

En mai dernier, la même boutique s’était moquée des déboires de Sepp Blatter, président déchu de la FIFA, soupçonné de corruption autour de l’attribution de plusieurs Coupes du monde de football, et de François Hollande.

Reste qu'au niveau de la chaîne, la publicité de l'enseigne locale n'a pas fait rire du tout. Et c'est à la demande du groupe que la page Facebook a été fermée.

« Krys Groupe condamne fermement et se désolidarise de la publication Facebook de son adhérent de Krys Carcassonne. Il ne s'agit en aucun cas d'une campagne publicitaire de la marque mais d'une action individuelle et inappropriée d'un des opticiens de Krys Group», a réagi l'ensigne.

Et d'ajouter : «Le Conseil d'Administration de Krys Group a demandé a son adhérent de retirer immédiatement cette publication et présente ses excuses à tous les personnes qui auraient pu être offensées».

 

 

Mots-clés :