Airbnb s'est attaqué au marché des stations de ski il y a 18 mois.
Airbnb s'est attaqué au marché des stations de ski il y a 18 mois. - Airbnb

Jusque-là le service s’adressait essentiellement aux citadins. Mais l’an dernier, Airbnb, plateforme communautaire de locations de logements, est partie à la conquête des stations de ski dans les Alpes. Un pari gagnant. En l’espace de douze mois, l’offre a doublé pour atteindre 10.000 logements et le nombre de voyageurs a été multiplié par trois.

« On s’est aperçu que les internautes, qui utilisent nos services dans les secteurs urbains, cherchaient de plus en plus des locations dans les zones de vacances, à savoir le littoral et la montagne. Sur le littoral, nous avions déjà bénéficié d’un important bouche-à-oreille. Mais ce n’était pas le cas dans les stations de ski, où il y avait beaucoup plus de demandes que d’offres », explique Alexis Dussillol, directeur du marché Alpes.

Des propriétaires qui veulent conservent de la flexibilité

La société s’est donc attaquée au marché il y a 18 mois, tentant de convaincre les propriétaires récalcitrants. « Beaucoup possédaient une résidence secondaire mais la louaient peu car ils étaient soucieux de conserver une certaine flexibilité afin de profiter également de leurs biens », poursuit Alexis Dussillol.

« Mais aujourd’hui, il existe une nouvelle façon de consommer. Les gens veulent une expérience locale. Ils aspirent à des logements plus personnels avec des cuisines par exemple. Les chalets sans charme ou standardisés, les hôtels, ils connaissent et veulent désormais autre chose », développe le directeur.

Sortir des locations du samedi au samedi

L’argument massue, celui a fait mouche auprès des propriétaires a été la sortie des locations du samedi au samedi. « On leur a expliqué que nos utilisateurs cherchaient souvent des bons plans de dernière minute de deux à quatre jours. Ce sont des gens qui préfèrent éviter de partir sur les routes en même temps que les vacanciers et privilégient les séjours courts. »

Le principe de « réchauffer les lits froids » a également su séduire les stations. « Elles voient l’arrivée d’un nouvel acteur comme un complément de l’offre déjà proposée. Leur but étant de remplir leur capacité d’hébergement au maximum, elles ont nous ont plutôt accueilli les bras ouverts », ajoute Alexis Dussillol.

Jusqu’à 10.000 euros la nuit

La saison dernière, les stations qui ont attiré le plus de voyageurs ont été Tignes (qui a enregistré cinq fois plus de réservations que l’année précédente), Saint-Gervais, Méribel, les Arcs et Megève.

Pour l’anecdote, le logement le plus cher a été enregistré à Mégève avec la nuit à 10.201 euros dans un chalet de luxe pour dix personnes.

Mots-clés :