Le 1er février 2016 à Moulins dans l'Allier, lors d'une manifestation des agriculteurs en colère.
Le 1er février 2016 à Moulins dans l'Allier, lors d'une manifestation des agriculteurs en colère. - T. Zoccolan/ AFP

Le 29 février, les négociations entre les enseignes de la grande distribution et les fournisseurs s’achèveront. Pour peser sur ces discussions et éviter un scénario qui se révélerait «catastrophique» pour nombre d’entre eux, des agriculteurs de la FRSEA Auvergne Rhône-Alpes, des Jeunes agriculteurs (JA) et de la FDSEA Isère ont décidé de passer à l’offensive.

Depuis dimanche soir, et alors que se tient ce lundi à Bruxelles un conseil européen sur l’agriculture, 200 d’entre eux se relayent, avec leur traceturs et remorques, pour bloquer les accès de trois des quatre plateformes d’approvisionnement des supermarchés de l’Ain, à Saint-Vulbas et Saint-Just notamment.

«Nous ne tiendrons pas»

«Les hypothèses les plus dramatiques de baisse des prix circulent : de l’ordre de -5 à -10 %. C'est délirant, la plupart des productions agricoles ne pourront pas supporter ce nouveau coup de massue», indiquent les fédérations d’agriculteurs.

 

>> A lire aussi: Les agriculteurs maintiennent la pression pendant le Conseil européen sur l'agriculture

«Si la grande distribution fait pression sur les industriels pour qu'ils baissent leur tarifs, cela va rejaillir sur les revenus des producteurs. Nous sommes déjà asphyxiés, nous ne tiendrons pas», explique Pascal Denolly, président de la FDSEA Isère. «Il faut que le gouvernement siffle la fin de la récréation afin que tout le monde ait sa part du gâteau», ajoute Michel Joux, président de la FRSEA Auvergne Rhône-Alpes, soucieux que les parlementaires agissent pour instaurer un cadre législatif en France sur la fixation des prix.

 

D'autres actions à venir

Pour se faire entendre, les agriculteurs, également présents ce lundi devant une plateforme d’approvisionnement en produits frais de l’Allier (Auvergne)  prévoient de nouvelles actions dans les prochains jours dans le Rhône et l’Isère. «Nous sommes déterminés, nous ne lâcherons pas. Tant que nous n’aurons pas d'engagement ferme de l’Etat, nous continuerons de bloquer les plateformes», prévient Michel Joux.

Crise agricole: le gouvernement accentue la pression sur la grande distribution

Confrontés à une crise sans précédent, les agriculteurs sont mobilisés depuis plusieurs semaines en France. Ce lundi, des centaines d’entre eux, soutenus par des ostréiculteurs ont instauré des barrages filtrants à Vannes, en Bretagne, où la mobilisation devrait durer jusqu’en fin de journée.

Mots-clés :