Le site internet pretik.org propose aux internautes de se prêter des objets plutôt que de les louer ou les acheter.
Le site internet pretik.org propose aux internautes de se prêter des objets plutôt que de les louer ou les acheter. - Pretik.org
Lancer le diaporama

« L’échangisme entre amis, on essaye ? » Une petite phrase humoristique et volontairement décalée qu’Adrien et Vincent Tricard ont choisi d’imprimer sur les flyers qu’ils distribuent. Les deux frères ont lancé l’an dernier un site Internet… de prêts d’objets, baptisé Pretik. Le concept : mettre en place une alternative à l’achat.

 

« L’idée m’est venue d’un furet », raconte Vincent, chef de projet digital chez Keolis. « Une de mes collègues cherchait quelque chose pour déboucher un évier. Je me suis souvenu que j’avais acheté un furet de plombier et qu’il devait être rangé quelque part. Je ne l’avais utilisé qu’une seule fois, comme beaucoup d’autres objets que j’avais acquis ».

L’objectif de la platerforme est donc de mettre en relation gratuitement les utilisateurs afin qu’ils prêtent certains objets à d’autres. Comme des combinaisons de ski pour bébé, des masques de plongée, des valises, des escabeaux, du matériel de jardinage, des tentes ou des livres. Et même une robe de mariée ! Le site compte actuellement plus de 2.300 objets référencés et 500 membres.

 

« Lors de l’inscription, on incite les utilisateurs à sélectionner trois objets qu’ils veulent prêter. Ensuite, on peut ajuster la confidentialité, c’est-à-dire, sélectionner les contacts qui pourront l’emprunter » indique Vincent. C’est-à-dire, privilégier ses amis ou ses voisins plutôt que de parfaits inconnus.

Système de caution

Pour les plus réticents, qui redouteraient de ne jamais revoir leur GoPro, la plateforme propose un document à télécharger et à signer, instaurant un système de caution.

Par ailleurs, pour ceux qui oublieraient de restituer les objets, un décompte s’affiche sur leur compte et un message de rappel à l’ordre peut leur être envoyé une fois le délai dépassé. « Mais jusque-là, il n’y a aucun souci. Pour l’instant, les utilisateurs se tournent essentiellement vers leur entourage », conclut Vincent.

 

Mots-clés :