En 2012, Maxime Gonalons mettait déjà au sol Javier Pastore. Et ce sous les yeux de Christophe Jallet, qui évoluait alors sous le maillot parisien.
En 2012, Maxime Gonalons mettait déjà au sol Javier Pastore. Et ce sous les yeux de Christophe Jallet, qui évoluait alors sous le maillot parisien. - FRANCK FIFE / AFP

Certes, Nicolas Douchez, Milan Bisevac, Diego Lugano, Sylvain Armand et Mathieu Bodmer étaient titulaires ce 21 mars 2012. C’est dire à quel point le PSG qatari a changé de dimension depuis quatre ans. Mais le souvenir de ce succès (1-3) en quarts de finale de Coupe de France, au Parc des Princes, reste pour l’OL un (rare) motif d’espoir avant de défier à nouveau l’ogre parisien sur ses terres, mercredi (21 h 05).

« C’était un super match, très spectaculaire. Ça nous prouve qu’on est capables de le faire, même si ce n’était pas la même équipe », évoque l’entraîneur lyonnais Bruno Genesio avant ce huitième de finale. Parmi les joueurs utilisés par Carlo Ancelotti lors de cette dernière confrontation face à Lyon en Coupe de France, seuls Thiago Motta, Javier Pastore (blessé au mollet) et Blaise Matuidi ont encore un rôle prépondérant dans ce PSG en lice pour un quadruplé.

Une Coupe de France tous les 4 ans pour l’OL ?

Dans ces conditions, l’OL ne pourra cette fois pas miser sur des fautes peu inspirées… de Christophe Jallet (titulaire mercredi dans le camp lyonnais), qui avait offert un sublime coup franc à Kim Källström et un penalty à Bafé Gomis. Mais s’ils veulent être superstitieux, les Lyonnais peuvent se souvenir que leurs deux précédentes victoires contre Paris en Coupe de France leur ont permis de décrocher leurs deux dernières Coupes de France, en 2008 et 2012.

Un clin d’œil permettant de lorgner sur un nouveau succès dans une année d’Euro ? « J’espère mais il faut d’abord les éliminer avant que ce soit un signe, et c’est ça le plus dur, sourit Bruno Genesio. On a en tout cas montré en Coupe de la Ligue (2-1 le 13 janvier) qu’on pouvait les inquiéter sur un match. » Saint-Etienne et l’OM aussi, mais tous ont jusque-là perdu.

Mots-clés :