Un homme passe devant le Théâtre national populaire de Villeurbanne, dans la banlieue lyonnaise, le 8 novembre 2011
Un homme passe devant le Théâtre national populaire de Villeurbanne, dans la banlieue lyonnaise, le 8 novembre 2011 - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK AFP

La piste du règlement de comptes est privilégiée. Deux hommes, qui pourraient être frères, ont été abattus par une rafale d’arme automatique, probablement des tirs de kalachnikovs, en pleine rue dimanche en fin d’après-midi à Villeurbanne, près de Lyon, a-t-on appris de source policière.

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour «meurtre en bande organisée et association de malfaiteurs», confiée à la police judiciaire.

Selon de premiers éléments recueillis par les enquêteurs, une voiture aurait approché les victimes et un passager cagoulé en serait sorti pour faire feu avec une arme de type fusil d'assaut sur les deux hommes. Une voiture a été retrouvée brûlée à environ 500 mètres des lieux, qui pourrait avoir été utilisée par les agresseurs avant d'être incendiée dans le but de faire disparaître toute trace de leur passage, comme cela se produit fréquemment lors des règlements de comptes.

Deux frères connus de la justice

Un homme a été interpellé à proximité de la voiture brûlée et placé en garde à vue, sans qu'un lien puisse être formellement établi avec les faits à ce stade de l'enquête.

Les victimes sont deux frères originaires du quartier, dont l'âge et le profil n'ont pas encore été précisés. Selon une source proche de l'enquête, ils seraient connus de la justice.

Les faits se sont produits dans le quartier des Buers, «un quartier très populaire réputé sensible», selon Didier Vullierme, adjoint au maire (PS) à la Sécurité. Le quartier a été bouclé et vers 21h00, des habitants étaient encore regroupés à proximité du cordon de policiers qui barrait la rue, à bonne distance de la scène de crime, selon un photographe de l'AFP.

Des précédents

Villeurbanne, commune limitrophe de Lyon, a déjà connu des règlements de comptes dans un passé récent. En décembre 2014, une rafale d’arme automatique avait fait un mort et deux blessés dans un bar de la ville.

En juillet de la même année, un homme d’une quarantaine d’années, connu de la justice, avait été mortellement blessé par balle en pleine rue, lors d’une rixe avec deux autres personnes qui avaient pris la fuite.

 

Mots-clés :