Un moustique Aedes Aegypti, vecteur du virus Zika, le 30 janvier 2016 à San Jose, au Costa Rica.
Un moustique Aedes Aegypti, vecteur du virus Zika, le 30 janvier 2016 à San Jose, au Costa Rica. - SIPA

Des appels d’inquiétude, des demandes d’informations. Ces derniers jours, le service des maladies infectieuses de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon, doit faire face à un grand nombre d’appels liés au virus Zika.

Pour répondre aux besoins d’informations de la population, les Hospices civils de Lyon (HCL), deuxième CHU de France, ont donc rappelé ce mercredi matin dans un communiqué les mesures à prendre pour éviter d’être contaminé par le virus Zika, qui se transmet par une piqûre de moustique tigre et se propage très rapidement en Amérique du Sud.

Les femmes enceintes invitées à différer leurs voyages dans les zones concernées

Les femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse désirant se rendre dans l’un des pays concernés par le virus (Amérique du Sud, Martinique, Guyane, Guadeloupe, les Iles du Nord et Saint-Martin) sont invitées à reporter leur voyage. Si cela leur est impossible, ces femmes, les plus exposées sachant que le virus est dangereux pour les fœtus, doivent se protéger des piqûres de moustiques.

VIDEO. Que sait-on du virus Zika ?

Elles doivent ainsi porter des vêtements à manches longues, des pantalons, utiliser des moustiquaires, des insecticides et répulsifs cutanés adaptés, rappelle le CHU de Lyon.

Consulter rapidement en cas d’apparition de signes cliniques

Pour les voyageurs rentrant de zones épidémiques, présentant des symptômes cliniques de la maladie (éruption cutanée avec ou sans fièvre, douleurs musculaires et articulaires, rougeur des conjonctives…), il est nécessaire de consulter au plus vite un médecin.

Ce dernier déterminera alors si le patient doit être transféré au service des maladies infectieuses et tropicales de la Croix-Rousse pour des tests diagnostiques, ajoute les HCL, qui précisent que les signes peuvent apparaître jusqu’à 12 jours après le retour d’une zone où circule le virus.

>>A lire aussi : Un cas de transmission par voie sexuelle au Texas

En France métropolitaine, cinq personnes ont développé des symptômes depuis le début de l’année après avoir été contaminées par le virus Zika dans l’une des zones touchées. Aucun des patients n’a, selon l’Institut national de veille sanitaire, présenté de forme grave de l’infection.

Mots-clés :