Prêtre, illustration.
Prêtre, illustration. - FRANCOIS GUILLOT / AFP

L’affaire avait été étouffée de longues années, passée sous silence pour éviter tout scandale. Jusqu’à ce que deux victimes se mettent à parler. C’était au mois de mai. Deux anciens scouts décidaient alors de porter plainte contre un curé du diocèse de Lyon, âgé aujourd’hui de 70 ans.

Soupçonné d’agressions sexuelles sur au moins trois mineurs, l’homme a été placé en garde à vue ce lundi. Il est actuellement entendu par les policiers de la brigade de la protection de la famille de la Sûreté départementale.

>> A lire aussi : Lyon : Plusieurs plaintes déposées contre un prêtre soupçonné de pédophilie

Les faits remontent au début des années 90, voire même 80 lorsque l’homme d’église encadrait un groupe de scouts à Sainte-Foy-Les-Lyon.

Une quinzaine de témoignages a été recueillie depuis la fin de l’omerta par l’association « La Parole Libérée », créée par plusieurs victimes. Une dizaine de plaintes aurait également été déposée mais compte tenu de l’ancienneté des agressions, certaines pourraient être prescrites.

>> A lire aussi : Les victimes présumées d’un prêtre pédophile racontent « leur vérité » sur un site Internet

L’association a publié sur son site une lettre du prêtre avouant ce qui s’était passé. « Je n’ai jamais nié les faits qui me sont reprochés. Ils sont pour moi aussi une blessure dans mon cœur de prêtre », écrit-il alors à un père de victime, s’indignant de devoir quitter la paroisse précipitamment.

>> Lire aussi : Le diocèse de Lyon envisage un procès canonique pour le prêtre visé par des plaintes pour agressions sexuelles

Un signalement avait été fait auprès du cardinal Albert Decourtray, alors archevêque de Lyon. Mais l’homme a continué d’enseigner le catéchisme auprès des enfants jusqu’à l’an dernier. Déchargé de ses missions à Lyon, il a néanmoins été par la suite responsable de six paroisses et 15 lieux de culte, notamment dans le Roannais.

Ce septuagénaire réside actuellement au couvent des Petites Sœurs de Saint-Jospeh à Fontaines-sur-Saône.

Mots-clés :