Signature pétition (Illustration)
Signature pétition (Illustration) - Frédéric Scheiber/20MINUTES

C’est une première en France. Le maire de Grenoble, Eric Piolle (EELV) entend soumettre les pétitions récoltant plus de 2.000 signatures au vote du conseil municipal. Depuis quelques heures, un nouvel onglet est même apparu sur le site internet de la ville, afin d’en expliquer l’intérêt aux habitants.

Ce dispositif appelé « droit d’interpellation et de votation » faisait partie des promesses de campagne d’Eric Piolle. Il a été lancé officiellement samedi lors des assises citoyennes.

Les citoyens consultés quand les élus ne sont pas d’accord

Toute pétition qui récoltera au moins 2.000 signatures, sera dès lors prise en compte par la majorité. Après vérification et si la proposition est jugée « solide juridiquement » et « solide financièrement », elle sera présentée aux élus lors du conseil municipal.

 

Ces derniers auront le choix : soit l’adopter directement s’ils sont d’accord avec l’idée soumise, soit demander l’avis des citoyens s’ils sont divisés sur le sujet. Les habitants seront ainsi appelés à voter pour donner leur avis. Dans ce cas, la pétition ne sera adoptée que si elles recueillent plus de 20.000 voix en sa faveur.

 

 

 

Mots-clés :