Le premier Rocky, réalisé par John G. Avildsen, sera projeté samedi (21h30) à l'Institut Lumière (Lyon 8e).
Le premier Rocky, réalisé par John G. Avildsen, sera projeté samedi (21h30) à l'Institut Lumière (Lyon 8e). - Rocky

Il faudrait presque se pincer pour se convaincre que les quatre premiers volets de la saga Rocky seront projetés samedi (dès 21 h 30) à l’Institut Lumière (8e). Il s’agit pourtant bien d’un des temps forts du 3e festival Cinéma, sport, et littérature, qui aura lieu de jeudi à dimanche à Lyon.

« Le personnage de Rocky est bien plus complexe qu’il n’y paraît », précise le responsable des actions pédagogiques à l’Institut Lumière, Fabrice Calzettoni, qui animera cette nuit Rocky. Présenté en ouverture samedi par Thierry Frémaux et par l’ancien boxeur Louis Acariès, Rocky affiche notamment une belle particularité.

« Rocky s’est adapté à ce que l’Amérique voulait transmettre »

« Ce personnage a traversé deux décennies bien distinctes, entre les mouvements contestataires des années 70 et la revanche post-Vietnam avec Reagan au pouvoir dans les années 80, souligne Fabrice Calzettoni. Rocky s’est adapté à ce que l’Amérique voulait transmettre. »

Si bien que beaucoup d’étudiants en cinéma sont aujourd’hui de grands fans de Sylvester Stallone, de retour la semaine passée sur grand écran dans son rôle culte avec Creed.

16 euros la nuit Rocky. Toute la programmation du festival est à consulter ici.

Mots-clés :