La suite confort de l'IceHotelJukkasjärvi en Suède, réalisés par Luc Voisin et Mathieu Brison, deux architectes lyonnais.
La suite confort de l'IceHotelJukkasjärvi en Suède, réalisés par Luc Voisin et Mathieu Brison, deux architectes lyonnais. - Ateliers KumQuat
Lancer le diaporama

Leur quotidien c’est plutôt la réalisation de jardins, la conception de bureaux ou la rénovation de bâtiments. Mais une fois par an, Luc Voisin et Mathieu Brison, architectes des ateliers KumQuat, basés à Craponnes, aiment s’offrir « une parenthèse », « une pause totalement atypique ».

Pendant plus de deux semaines, les deux associés ont troqué leurs habitudes de travail pour un tout autre challenge : aménager une suite en neige et en glace dans l’IceHotel Jukkasjarvi, situé en Suède à 200 kilomètres du cercle polaire. « On voulait changer d’horizon, se prouver que l’on pouvait faire autre chose », raconte Mathieu Brison. Lui et son complice ont été sélectionnés parmi 150 candidats.

Une nuit à -5°C

« C'est la troisième année consécutive que nous remportons le concours », poursuit-il. Du 26 novembre au 10 décembre dernier, ils sont donc partis relever le défi. A savoir aménager une pièce confort de 25 mètres carrés, louée 600 euros la nuit et baptisée « Love Capsule ».

 >> Voir le travail des architectes étape par étape

« Le thème était libre. On est parti sur le mobilier des années 70 aux formes arrondies. Nous nous sommes inspirés des hôtels japonais et des love room » détaille l’architecte. L’idée était d’en faire un endroit confortable semblable à un cocon car la température dans les chambres est à -5°C. On voulait que les clients aient l’impression de dormir sur de la fourrure plutôt que sur de la neige.»

Un fer à repasser la glace

Pour se faire, les deux hommes ont dû apprendre à manier la tronçonneuse, les ciseaux à bois, le papier de verre et même le fer à repasser, très utile pour lisser la glace et la rendre transparente. « Ce sont des techniques que nous ne connaissions pas mais que nous avons apprises au fur et à mesure », sourit Mathieu Brison.

« Cette année, on a été obligé de s’adapter. D’habitude, à la même époque, les températures descendent à -15° ou - 20° ; Cette fois, il faisait 0 ou -5°, la neige était bien plus molle. Ce qui était compliqué ». Quant au résultat ? : « On a dormi une nuit dans la suite, la première année. L’hôtel nous avait fourni un sac de couchage spécifique avant de nous réveiller avec un jus d’airelles chaud. Une fois cela m’a suffi. Il faisait beaucoup trop froid », conclut Mathieu en riant.

Mots-clés :