Laurent Wauquiez prendra ses fonctions à la tête de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes le 4 janvier 2016. CréditI/SIPA
Laurent Wauquiez prendra ses fonctions à la tête de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes le 4 janvier 2016. CréditI/SIPA - SIPA

Il promet 100 jours « extrêmement denses ». Elu le 13 décembre à la tête de la nouvelle région regroupant Rhône-Alpes et l’Auvergne, Laurent Wauquiez prendra ses fonctions ce lundi. Bien qu’il n’ait pas encore démissionné de son poste de maire du Puy-en-Velay, comme l’exige la loi sur le cumul des mandats.

>> Lire aussi : Laurent Wauquiez, l’homme pressé de la droite, prend Auvergne Rhône-Alpes

L’élu a annoncé quelques jours avant Noël qu’il garderait son fauteuil encore « trois à cinq mois » afin de « purger les contentieux en cours ».

Moins de fonctionnaires

Chef de file de la droite dure des Républicains, le quadragénaire annonce déjà quelques priorités pour les trois mois à venir. Sa première mesure sera avant tout symbolique : faire baisser le montant des indemnités des élus de l’ordre de 10 %. Le plafond maximum de 2.660 euros brut sera ramené à 2.400 euros. Un moindre mal puisque la région pourrait dépenser 400.000 euros supplémentaires par an pour rémunérer ses élus.

L’indemnisation étant calculée en fonction du nombre d’habitants, les représentants des petites régions comme l’Auvergne, pourraient toucher jusqu’à 500 euros de plus afin de percevoir les mêmes revenus que leurs collègues.

Laurent Wauquiez a répété qu’il entendait « tourner la page du gaspillage » et « faire des économies », promettant d’embaucher moins de fonctionnaires et de ne pas augmenter les impôts. 

Une nouvelle convention sur les TER 

Autre mesure annoncée : la création d’un campus universitaire des métiers du numérique à Charbonnières, dossier en jachère depuis une dizaine d’années. L’élu souhaiterait mettre en place les premières formations dès cette année.

Enfin, le maire du Puy-en-Velay a martelé qu’il entendait négocier une nouvelle convention avec la SNCF, afin que cette dernière s’engage davantage à moderniser le matériel existant et surtout à respecter la ponctualité des TER. En parallèle, il annonce également la mise en place dans les prochaines semaines, d’une police ferroviaire et le renforcement de la présence de caméras de vidéosurveillance dans les gares de la région.

Mots-clés :