Régionales 2015: En Auvergne Rhône-Alpes, les responsables musulmans appellent à aller voter

POLITIQUE A quelques jours du scrutin et au lendemain des attentats du 13 novembre, les musulmans sont appelés à se rendre aux urnes...

Elisa Frisullo

— 

Illustration: une urne contenant des bulletins de vote en France.

Illustration: une urne contenant des bulletins de vote en France. — Fred LANCELOT/SIPA

« Ce devoir citoyen, dans le contexte actuel, est une obligation qui s’impose à nous ». A quelques jours des élections régionales, organisées le 6 et 13 décembre, et trois semaines après les attentats survenus à Paris, les responsables musulmans de Rhône-Alpes ont lancé un appel à aller voter.

Dans un texte commun, le recteur de la grande mosquée de Lyon, les président et vice-président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) et le recteur de la mosquée Othmane à Villeurbanne ont tenu à rappeler aux musulmans de Rhône-Alpes Auvergne l’importance de cette échéance électorale.

Unis face au terrorisme

« Cette élection revêt une importance capitale, peut être aussi importante que le scrutin présidentiel (…) La région est présente dans notre quotidien : les lycéens et centre d’apprentissage, les transports express régionaux, la formation tout au long de la vie, le développement économique, la culture, la lutte contre les discriminations, le sport », rappellent les responsables religieux, soucieux qu’au lendemain des attaques du 13 novembre, les musulmans se rendent massivement aux urnes.

>> A lire aussi : Les responsables musulmans affichent l’unité contre le terrorisme

« La République a été touchée dans sa chair. Il est de notre devoir, aujourd’hui, d’accomplir notre devoir civique, pour dire et affirmer que les musulmans de France sont les plus ardents défenseurs de la devise républicaine. »

Cet appel, relayé sur le site du CRCM Rhône-Alpes, marque une nouvelle fois la volonté des responsables musulmans rhônalpins, de montrer leur union face au terrorisme. Après les attentats, ces derniers avaient vivement condamné les attaques parisiennes et rédigé, ensemble, un prêche « historique » lu le 20 novembre par les imams dans les moquées de la région.