Lyon: Vers une amélioration du périscolaire en maternelle

EDUCATION Des aménagements devraient être apportés pour limiter la fatigue et l'ennui des enfants...

Elisa Frisullo

— 

Lyon, Le 1 er septembre 2015. A l'école Meynis, dans le 3e arrondissement, les écoliers ont fait leur rentrée en présence du maire de Lyon Gérard Collomb et de l'adjointe à l'Education Anne Brugnera.

Lyon, Le 1 er septembre 2015. A l'école Meynis, dans le 3e arrondissement, les écoliers ont fait leur rentrée en présence du maire de Lyon Gérard Collomb et de l'adjointe à l'Education Anne Brugnera. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Des enfants fatigués et peu emballés par le périscolaire. En cette rentrée, la Ville de Lyon s’est fixée comme priorité d’améliorer l’accueil des maternelles sur les temps d’accueil de loisirs, lors de la pause méridienne et le vendredi après-midi. « La réforme est particulière pour les petits. Nous allons donc porter une attention spécifique aux maternelles », a indiqué ce mardi matin l’adjointe à l’Education de la Ville de Lyon Anne Brugnera, lors d’une visite à l’école Meynis, dans le 3e arrondissement.

350 enfants sondés

L’an passé, le comité de suivi de la réforme des rythmes, entrée en application en septembre 2014, a en effet suggéré plusieurs pistes pour améliorer l’organisation de la semaine des 37.000 écoliers lyonnais. Une enquête a également été réalisée par le cabinet Trajectoires auprès de 350 enfants de 30 groupes scolaires pour évaluer l’impact de la réforme sur les élèves. Cette étude, dont les résultats complets seront connus en octobre, a notamment mis en exergue la fatigue ressentie par les maternelles.

Des classes plus chargées selon le SNUipp

« Les enseignants ont remarqué l’an passé une certaine fatigue des enfants en fin de semaine, confirme l’un des représentants du SNUipp, syndicat majoritaire dans le 1er degré. Globalement, les conditions d’accueil en maternelles se sont dégradées ». La suppression d’une après-midi de temps scolaire, le vendredi, a semble-t-il joué sur les effectifs présents en classe. « Avant les nouveaux rythmes, les parents ne mettaient pas toujours les plus petits toute la journée à l’école. Aujourd’hui si. Si bien que les classes, qui comptent en moyenne 33 élèves dans le Rhône, sont chargées en permanence. C’est compliqué pour les enseignants en termes d’apprentissage et plus fatigant pour les enfants », ajoute le SNUipp.

Des temps de repos plus adaptés et plus d’activités

Pour diminuer l’impact de la réforme sur les plus jeunes, « l’organisation et le contenu des activités sur la pause méridienne et le vendredi après-midi seront adaptés à leurs besoins de façon plus fine afin de respecter les plages de repos », assure la mairie. Le temps de sieste, crucial pour les plus petits, fera l’objet de toutes les attentions. Pour les enfants âgés de 3 et 4 ans, le sommeil libre, réveil individuel libre respectant mieux les besoins de chaque enfant, a déjà été mis en place dans certaines écoles l’an passé. Ces expérimentations devraient être étendues à d’autres maternelles cette année.

« Il ressort également de cette enquête un degré d’ennui plus important chez les plus petits qu’en élémentaire pendant les temps périscolaires, ajoute Anne Brugnera. Ils ont un temps de concentration plus limité et nous devons nous y adapter ». En clair, une seule activité sur l’après-midi ne suffit pas à les occuper. Une seconde activité, voire une troisième selon les écoles, pourrait donc être proposée pour éviter aux écoliers de tourner en rond.