VIDEO. ASSE: Cinq années de loterie en attaque pour Christophe Galtier avec les Verts

FOOTBALL Alors que Saint-Etienne s'apprête à recruter l'avant-centre lillois Nolan Roux, «20 Minutes» dresse le bilan des réussites et échecs dans le recrutement offensif depuis l'arrivée sur le banc de Christophe Galtier...

Jérémy Laugier

— 

Brandao et Pierre-Emerick Aubameyang sont clairement deux des plus belles réussites dans le recrutement offensif de l'ère Galtier.

Brandao et Pierre-Emerick Aubameyang sont clairement deux des plus belles réussites dans le recrutement offensif de l'ère Galtier. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le mercato n'est vraiment pas une science exacte. Entraîneur en place sur le même banc depuis le plus longtemps en Europe après Arsène Wenger, Christophe Galtier n'a pas toujours eu le nez creux concernant le recrutement stéphanois. Alors que l'ASSE s'apprête à miser sur le Lillois Nolan Roux, 20 Minutes a sélectionné les trois meilleurs et les trois plus mauvais coups des Verts dans le secteur offensif depuis la prise de fonction de l'ancien adjoint d'Alain Perrin, en décembre 2009.

Le Top 3

1. Pierre-Emerick Aubameyang (37 buts en L1 avec l'ASSE, de 2011 à 2013)

Après les quatre premiers mois mitigés de Pierre-Emerick Aubameyang dans le Chaudron, de février à mai 2011 (2 buts en 14 matchs de L1), peu d'observateurs et de supporters pouvaient imaginer cette trajectoire. Si bien que l'ASSE a seulement sollicité un nouveau prêt auprès du Milan AC, jusqu'en décembre 2011, avant d'acheter pour de bon l'attaquant gabonais. Et ce pour la modique somme d'un million d'euros.

Un an et demi plus tard, les Verts n'ont guère eu d'autre choix que de le lâcher au Borussia Dortmund pour un joli pactole (environ 13 millions d'euros, hors bonus). Car entretemps, Pierre-Emerick Aubameyang a signé deux superbes saisons, avec 16 puis 19 buts inscrits en L1, ainsi que la passe décisive pour Brandao lors de la victoire (1-0) en Coupe de la Ligue, le 20 avril 2013 face à Rennes. Souvent virevoltant, Aubame (29 buts en deux saisons de Bundesliga) est incontestablement le plus grand talent offensif vu à Saint-Etienne sous l'ère Galtier.

2. Max-Alain Gradel (31 buts en L1 avec l'ASSE de 2011 à 2015)

Sur ses quatre derniers mois hallucinants, avec 13 buts inscrits en L1 de février à mai 2015 (17 au total cette saison), Max-Alain Gradel marque encore plus qu'Aubameyang. En pleine confiance suite à sa victoire en Coupe d'Afrique des Nations avec la Côte d'Ivoire, le déroutant ailier des Verts s'est mué en buteur transfiguré.

Il a ainsi inscrit 54% des buts de l'ASSE depuis son retour, lors de la 25e journée de championnat, portant les Verts (5es) aux portes de la Ligue des champions. Si ses trois premières saisons dans le Forez (14 buts cumulés en L1) n'ont pas été transcendantes, Gradel, qui a été acheté 2,5 millions d'euros à Leeds en 2011, laisserait un vide considérable en cas de départ cet été. Mais remplirait les caisses du club.

3. Brandao (16 buts en L1 avec l'ASSE de 2012 à 2014)

Il est bien entendu difficile d'autant s'enthousiasmer sur Brandao que sur Aubameyang et Gradel, autrement plus déliés et talentueux. Il n'empêche que le passage du puissant Brésilien à Saint-Etienne reste une sacrée réussite pour Christophe Galtier. Recruté libre durant l'été 2012, il a honoré ses deux années de contrat en pesant sur toutes les défenses du championnat.

Cinq saisons après le si complémentaire tandem Benzema-Fred, champion avec l'OL, Brandao s'est révélé aussi précieux que son compatriote pour faire briller Pierre-Emerick Aubameyang. L'ancien Marseillais a signé 11 buts en seulement 21 titularisations en L1 en 2012-2013, mais restera surtout dans l'histoire de l'ASSE après avoir inscrit face à Rennes l'unique but synonyme de premier trophée pour les Verts depuis 1981. Sa réputation de brute s'est depuis amplifiée à Bastia suite à son coup de tête sur Thiago Motta. Le Brésilien est actuellement en litige avec le club corse.

Le Flop 3

1. Lynel Kitambala (0 but en L1 avec l'ASSE de 2011 à 2014)

Fort d'une prometteuse saison lorientaise à 6 buts, l'attaquant franco-congolais de 22 ans a poussé l'ASSE à effectuer un investissement de 2 millions d'euros pour le recruter durant l'été 2011. Barré par l'explosion d'Aubameyang, mais aussi par Sinama-Pongolle et Gradel, Lynel Kitambala ne va jamais s'imposer dans le Forez.

Auteur de deux passes décisives mais d'aucun but pour sa première saison, malgré 16 apparitions, le joueur formé à Auxerre disparaît peu à peu de la circulation avec deux prêts consécutifs, à Dresde (2012-2013) puis à son club formateur, l'AJ Auxerre,en L2 (2013-2014). Pour trouver trace sur la toile d'un but sous le maillot vert de Kitambala, cédé à Charleroi à un an de la fin de son contrat, il faut donc se contenter d'un match amical face à Feurs en janvier 2012 (à 1'05'' sur la vidéo).

2. Ricky Van Wolfswinkel (5 buts en L1 avec l'ASSE en 2014-2015)

Les amateurs de football portugais l'ayant vu inscrire la bagatelle de 45 buts en deux saisons (de 2011 à 2013) avec le prestigieux Sporting Portugal n'ont pas vraiment dû le reconnaître. Ricky Van Wolfswinkel n'a pas été à la hauteur des attentes placées en lui à l'ASSE la saison passée.

Placé en concurrence avec Mevlut Erding à la pointe de l'attaque stéphanoise, le Néerlandais n'a jamais semblé en confiance, malgré quatre buts inscrits en un mois et demi avant Noël (5 au total en 28 matchs de L1, plus 3 en Coupe de France). Si les supporters des Verts n'oublieront pas qu'il a eu le mérite de doubler la mise lors du derby survolé (3-0) par l'ASSE le 30 novembre dernier, ils ne regretteront pas ce joueur si discret durant son prêt en provenance de Norwich City.

3. Alejandro Alonso (1 but en L1 avec l'ASSE de 2011 à 2013)

Le placer sur ce podium est assez cruel au vu de ses sérieux pépins physiques. Il n'empêche que le recrutement pour deux saisons et demi d'Alejandro Alonso n'a vraiment pas été une réussite. Révélé à Bordeaux, où il y a été vice-champion de France en 2008, l'ailier droit argentin a ensuite vu sa carrière stagner à Monaco (de 2008 à janvier 2011). Christophe Galtier a alors tenté de relancer (pour une indemnité estimée à 200.000 euros) ce dribbleur d'1,70 m en mal de temps de jeu (4 apparitions en L1 lors de ses 5 derniers mois avec l'ASM).

Auteur d'un but sur penalty en 14 matchs de championnat avec les Verts en 2010-2011, Alejandro Alonso est victime d'une rupture des ligaments croisés en amical le 19 juillet 2011. De retour neuf mois plus tard, le joueur alors âgé de 30 ans fait trop peu de différences sur le terrain et il se plaint rapidement du dos. Souffrant d'une spondylarthrite ankylosante, il est jugé inapte à la pratique du sport de haut niveau et met un terme à sa carrière dès janvier 2013.