La Gay Pride ne pourra pas passer par le Vieux-Lyon

SOCIAL Le préfet du Rhône a interdit l'incursion du défilé, le 20 juin, dans une partie du Ve arrondissement, où le mouvement identitaire est bien implanté...

Caroline Girardon

— 

Toulouse le 14062008

Gay pride a Toulouse. Marche des fiertes des gays lesbiennes et transsexuels.

Toulouse le 14062008 Gay pride a Toulouse. Marche des fiertes des gays lesbiennes et transsexuels. — A.GELEBART/20MINUTES

Une décision qui ne passe pas. Les organisateurs de la Gay Pride de Lyon, initialement prévue le 20 juin, ne décolèrent pas depuis que le Préfet du Rhône a pris la décision de ne pas autoriser le parcours choisi.

« C’est une question de sécurité et de trouble à l’ordre publique, répond la Préfecture. Le parcours validé par les associations organisatrices devait passer par le Vieux-Lyon, ce qui n’a jamais été le cas les années précédentes. 18.000 personnes sont attendues. Cela pourrait entraîner des problèmes de sécurité. » D’autant que l’implantation de la mouvance identitaire dans le quartier, ferait craindre aux autorités des risques de débordements.

 

 

 

« Double discours » ?

« Dans notre République, l’Etat ne peut tolérer des no-go-zones pour les LGBT », s’insurge Edwige Marty, présidente de la Gay Pride, parlant « d’hypocrisie » et de « double discours ». Car selon elle, la Lesbian and Gay Pride était « en négociation depuis le mois de février avec les services de l’Etat pour le trajet. »

 

« Parmi nos propositions, il y avait un passage par le quai Romain-Rolland, raconte la jeune femme. Sans aucune honte, le 24 mars dernier, les services de l’Etat nous avaient juré qu’ils n’autoriseraient plus aucune manifestation dans le Ve arrondissement pour cause de risques de trouble à l’ordre public. » Sauf que lundi soir, près de 400 personnes ont manifesté devant les colonnes du Palais de Justice contre la GPA. Ce que n’acceptent guère les organisateurs dénonçant une « différence de traitement ».

Accusée de « laisser cet arrondissement aux mains de l’extrême droite la plus radicale », la Préfecture insiste : « Ce n’est pas une question de fond mais bien de sécurité » précisant que le cortège comportera 13 véhicules allant de la camionnette au semi-remorque.

« Le Préfet a donné des consignes nécessaires à l'ensemble des services pour que cet événement se déroule dans les meilleures conditions possible », précise-t-elle dans un communiqué, laissant ainsi le choix aux organisateurs de maintenir l'événement en optant pour un parcours différent.

 

Mots-clés :