Lyon: Une épicerie offrant une seconde vie aux invendus des supermarchés ouvre dans le centre

COMMERCE «La Fourmi» va également proposer dès cette semaine des paniers repas...

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 3 mai 2015. La première épicerie proposant des produits destockés en centre-ville vient d'ouvrir sur les pentes de la Croix-Rousse. L'objectif est notamment de lutter contre le gaspillage alimentaire.

Lyon, le 3 mai 2015. La première épicerie proposant des produits destockés en centre-ville vient d'ouvrir sur les pentes de la Croix-Rousse. L'objectif est notamment de lutter contre le gaspillage alimentaire. — Elisa Riberry / 20 Minutes

Au premier coup d'œil, La Fourmi, petite épicerie ouverte depuis quelques jours sur les Pentes de la Croix-Rousse, dans le 1er arrondissement de Lyon, ressemble à une supérette comme les autres. Sauf qu'ici, tous les produits en rayon bénéficient d'une seconde vie. «C'est une épicerie de déstockage. Il s'agit soit de produits dont les délais sont dépassés mais qui sont toujours comestibles, soit d'invendus provenant de magasins qui ont fermé ou fait faillite», détaille le créateur de La Fourmi, Pierre Christen, 35 ans, ex-employé de la grande distribution.

Plus de gâchis et des prix plus attractifs

Parmi les paquets de biscuits, de bonbons, les briques de jus de fruits ou encore les conserves proposés, certains ont également été évincés des supermarchés traditionnels car leur emballage était abîmé. La Fourmi permet donc au public d'acheter moins cher des produits de toute aussi bonne qualité. «L'idée en ouvrant cette boutique, c'était de lutter contre le gaspillage alimentaire, mais également d'offrir au public une alternative aux supérettes de quartier dont les prix sont souvent exhaustifs. Il existe des magasins de ce type en périphérie, mais pas en centre-ville. Ou alors il s'agit de structures associatives comme les épiceries sociales et solidaires», ajoute l'épicier, qui a investi seul dans son «grenier alimentaire».

Une cible variée

Rachetés par palettes à des grossistes, les denrées et produits d'hygiène et de beauté varient au gré des livraisons quotidiennes. Dès la semaine prochaine, La Fourmi proposera également à la vente du vin et de la bière, ainsi qu'une série de paniers (apéro, minimum vital ou gourmandises...) à venir retirer à la boutique.

Depuis son ouverture, La Fourmi a attiré pas mal de curieux, des actifs et étudiants venus faire des emplettes à la sortie du travail, mais également des touristes. «La cible est assez variée. Cela s'adresse à la fois aux gens qui ont de petits moyens, mais également aux personnes plus aisées qui ne veulent plus dépenser des sommes exorbitantes lorsqu'ils font leurs courses».

Alain, un habitant des Pentes croisé ce dimanche à l'épicerie, a poussé la porte de La Fourmi pour tester. «Je suis venu pour découvrir. J'espère trouver ici des produits moins chers mais aussi un peu différents. C'est toujours bien de voir une petite épicerie se créer dans un quartier», indique ce quadragénaire.